Loading ...
Sorry, an error occurred while loading the content.
 

Le Saijiki de l'ete en francais

Expand Messages
  • Gabi Greve
    Read the original here http://www.threeweb.ad.jp/logos/saijiki/saijikife.html Redaction en francais avec le texte japonais phonetique en regard ; Seegan
    Message 1 of 1 , Jan 11, 2006
      Read the original here
       

      Rédaction en français
      avec le texte japonais phonétique en regard ;
      Seegan MABESOONE
      à Nagano, Japon

      L'été

        Index de l'été

        Moments de la saison (jikô)

      1. L'été (natsu)
      2. L'arrivée de l'été ou l'été commence (natsu kuru, rikka)
      3. Le début de l'été (shoka)
      4. Le mois de mai (gogatsu, uzuki)
      5. Les premières chaleurs (hakusho)
      6. La moisson du blé (mugi no aki)
      7. Le mois de juin (rokugatsu,satsuki)
      8. La saison des pluies ou la mousson (tsuyu, nyûbai)
      9. Les courtes nuits (mijika yo)
      10. Le solstice d'été (geshi)
      11. Le milieu de l'été (hangeshô)
      12. Le mois de juillet (shichi gatsu, mina zuki)
      13. Le plein été ou le coeur de l'été (seika, manatsu)
      14. La chaleur ou les grandes chaleurs ou la chaleur caniculaire (atsushi, taisho, gokusho)
      15. Matin d'été ou l'aurore en été (natsu no asa, natsu ake)
      16. Brûlant ou les après-midi brûlants (yakuru,moyuru, enchû)
      17. Soir d'été ou crépuscule d'été (natsu no yûbe, natsu no kure)
      18. Nuit d'été (natsu no yo)
      19. La fraîcheur (suzushisa)
      20. La fin de l'été ou l'été se termine (banka, natsu fukamu)
      21. Regret de l'été ou l'été est fini (natsu oshimu, natsu no hate)

        Phénomènes Météorologiques (tenshô)

      22. Le ciel d'été ou le ciel estival (natsu no sora, natsuzora)
      23. Nuage d'été ou cumulus (natsu no kumo,kumo no mine)
      24. Plein soleil (hi no sakari)
      25. Le ciel brûlant (enten)
      26. La sécheresse (hideri)
      27. Le soleil couchant (nishibi)
      28. Le ciel (du soir/du matin) s'embrase ou le ciel en flammes (yûyake/asayake)
      29. La lune de l'été (natsu no tsuki)
      30. Le vent du sud (Nanpû, hae)
      31. Tempête d'été (ao arashi, natsu arashi)
      32. Le calme plat (du matin/du soir) (asa nagi/yûnagi)
      33. Pluie d'été (natsu no ame)
      34. Les pluies de la mousson ou simplement la mousson (samidare, tsuyu)
      35. Les averses du soir ou les orages (yûdachi, shû-u, rai-u)
      36. Le tonnerre ou la foudre (rai, kaminari)
      37. La grêle (hyô)
      38. Les arcs-en-ciel (niji)

        Paysages (chishô)

      39. Montagne en été (natsu no yama)
      40. Les neiges éternelles ou les névés (sekkei)
      41. Lande en été ou prairie en été (natsu no, natsu nohara)
      42. Les sources ou l'eau de source (izumi, shimizu)
      43. Les cascades ou les chutes d'eau (taki)
      44. Rivière en été (natsu no kawa)
      45. La mer en été ou l'océan en été ou le lac en été (natsu no umi, natsu no mizuumi)

        Les plantes (shokubutsu)

      46. La première verdure ou simplement la verdure (shinryoku, midori)
      47. Les jeunes feuilles (wakaba)
      48. Les feuilles vertes (aoba)
      49. La verdure est partout (banryoku)
      50. Bosquet estival ou arbres en été (natsu kodate, natsu ki)
      51. L'ombre des feuilles (ryoku in)
      52. Les feuilles des cerisiers (ha zakura)
      53. Le lierre (ao tsuta)
      54. Les fleurs de paulownia (kiri no hana)
      55. Les fleurs de marronnier (tochi no hana, maronie no hana)
      56. Les hortensias (ajisai)
      57. Les fleurs d'oranger ou Les fleurs de mandarinier (mikan no hana, daidai no hana)
      58. Les herbes de l'été ou Les herbes folles (natsu kusa, mugura)
      59. Les oeillets (kaaneeshon)
      60. Les roses (bara)
      61. Les pivoines (botan)
      62. Les pavots et Les coquelicots (keshi, hina geshi)
      63. Les mauves ou Les roses trémières (aoi, tachi aoi)
      64. Les iris (hana shôbu, ayame)
      65. Les nénuphars ou Les lotus (suiren, hasu)
      66. Les liserons, les belles-de-jour, les volubilis (hiru gao)
      67. Le muguet (suzuran)
      68. Les glaïeuls (gurajiorasu)
      69. Les lys (yuri)
      70. Les volubilis nocturnes ou Les liserons de nuit (yûgao)
      71. Les fleurs de tournesol (hi mawari)
      72. Les dahlias (daria)
      73. Les hibiscus (bussôge, haibisukasu)
      74. Les fleurs de cactus ou Les cactus (saboten no hana, saboten)
      75. Les fleurs de melons ou Les fleurs de pastèques (uri no hana, suika no hana)
      76. Les fleurs de pommes de terres ((jaga)imo no hana)
      77. Le lin ou Le chanvre (asa)
      78. Les pêches (momo)
      79. Les fraises (ichigo)
      80. Les abricots (anzu)
      81. Les reines-claudes ou Les prunes (sumomo, ume no mi)
      82. Les cerises (sakuranbo)
      83. Les mûres (kuwa no mi)
      84. Les melons (meron)
      85. Les pastèques (suika)
      86. Les bananes (banana)
      87. Les ananas (painappuru, ananasu)
      88. Les tomates (tomato)
      89. Les pommes de terre nouvelles (shin(jaga) imo)
      90. Les aubergines (nasu)
      91. La pourriture (kabi)
      92. Les blés d'or ou Les blés mûrs (mugi (no ho))
      93. Les pousses de bambous (take no ko)
      94. Les concombres (kyûri)
      95. Les choux (kyabetsu)

        Animaux (dôbutsu)

      96. Les escargots (katatsumuri)
      97. Les limaces (namekuji)
      98. Les vers de terre (mimizu)
      99. Les méduses (kurage)
      100. Les crabes (kani)
      101. Les maquereaux (saba)
      102. Les anguilles ou Les congres (unagi, anago)
      103. Les poissons rouges (kingyo)
      104. Les lézards (tokage, yamori)
      105. Les serpents (hebi)
      106. Les araignées (kumo)
      107. Les papillons de nuit (ga, hi tori mushi)
      108. Les vers luisants (hotaru)
      109. Les mouches (hae)
      110. Les cafards (gokiburi, abura mushi)
      111. Les fourmis (ari)
      112. Les moustiques (ka)
      113. Les cigales (semi)
      114. Les chauves-souris (kômori)
      115. Les hirondelles d'été (natsu tsubame, iwa tsubame)
      116. Les martins-pêcheurs (kawa semi, aka shôbin)
      117. Le coucou (hototogisu, kakkô)

        Vie humaine (jinji)

      118. Les vêtements d'été ou Se découvrir (natsu koromo, usumono, koromo kae)
      119. Les chapeaux de soleil ou Les canotiers (natsu bôshi, kankan bô)
      120. Les ombrelles et Les parasols (higasa, parasoru)
      121. Le parfum (kôsui)
      122. La cuisine d'été ou Un repas en été (natsu ryôri)
      123. Les glaces, Crèmes glacées ou Sorbets (aisu kuriimu, hyôka, shaabetto)
      124. Les sodas et La bière (sôda sui, biiru)
      125. Les résidences d'été (natsu yakata)
      126. Les fontaines (funsui)
      127. L'air conditionné ou La climatisation (reibô, kuuraa)
      128. Les ventilateurs (senpûki)
      129. Les éventails (ôgi, uchiwa)
      130. Les moustiquaires (kaya, amido)
      131. La sueur (ase)
      132. Le bronzage ou Les coups de soleil (hi yake)
      133. Se trouver nu, Torse nu ou Pieds nus (hadaka, suashi, hadashi)
      134. La sieste ou La méridienne (hiru ne, sanjaku ne)
      135. Les examens de fin d'année, La fin des classes (juken, sotsugyô)
      136. Les grandes vacances ou Les vacances d'été (natsu yasumi)
      137. Les baignades, La natation, Les piscines(mizuasobi, oyogi, puuru)
      138. Les lunettes de soleil (san gurasu)
      139. Les barques, Le canoë-kayak, Les yachts (bôto, kanuu, yotto)
      140. L'escalade (tozan)
      141. Le camping (kyampu)
      142. Les feux d'artifice, Les feux de Bengale (hanabi, tehanabi)
      143. La récolte (moisson) du blé, couper le blé (mugi kari)
      144. La fête des mères (haha no hi)
      145. Les fêtes de village, Les kermesses (matsuri)
      146. L'Ascencion (shôten sai)
      147. La fête des pères (chichi no hi)
      148. La fête de la Sainte-Vierge, La fête Marie (seiboshôten sai, seibo sai)
      149. Le quatorze juillet (pari sai)

        Saïjiki de l'été

        Moments de la saison (jikô)

      1. L'été (natsu)
        Selon le calendrier traditionnel en usage pour les haïku, l'été commence le 6 mai et se termine le 8 août. Mais d'un point de vue météorologique, on peut y inclure tout le mois d'août et une partie du mois de septembre, selon les années.
        • Kono natsu wo Tsuma ete ie ni Piano naru
        • Une femme joue
          Sur mon piano, cet été :
          Me voici marié !              Takashi MATSUMOTO

      2. L'arrivée de l'été ou l'été commence (natsu kuru, rikka)
        Une des 24 périodes de l'année. L'arrivée de l'été se situe vers le 6 mai.
        • Puratanasu Yo mo midori naru Natsu wa kinu
        • Même dans la nuit,
          Le platane est verdoyant :
          Enfin, l'été est là !              Hakyô ISHIDA

      3. Le début de l'été (shoka)
        Correspond au premier tiers de l'été, c'est à dire, approximativement au mois de mai.
        • Shoka no sora Issa kyûkyo no mado hitotsu
        • Par l'unique fenêtre
          D'une cabane de poète :
          Ciel du début d'été !              Seegan MABESOONE

      4. Le mois de mai (gogatsu,uzuki)
        C'est le mois de transition entre le printemps et l'été. Dès que le vent du sud se met à souffler, on a l'impression de sentir dans l'air le parfum de l'été.
        • Iwa ni tatsu U no tokimeki mo Gogatsu kana
        • Seule sur son rocher,
          La mouette tremble de joie ;
          C'est le mois de mai !              Kokusei KISHIMOTO

      5. Les premières chaleurs (hakusho)
        La chaleur est la caractéristique première de l'été. C'est donc avec les premières chaleurs que l'on change de saison.
        • Raba tsune ni Kôryô to aru Hakusho kô
        • A jamais pétrifié,
          Le volcan éteint ignore
          Les premières chaleurs !              Nin'ichirô FUGAWA

      6. La moisson du blé (mugi no aki)
        Seuls les blés et autres céréales ne sont pas verts en été. Leur couleur est d'autant plus dorée et vive que la moisson est proche (en juin au Japon ou en juillet en Europe).
        • Mugi aki no Naho ametsuchi ni Yû akari
        • Le soleil couchant
          Ajoute de l'or aux blés ;
          Bientôt la moisson !              Sosei HASEGAWA

      7. Le mois de juin (rokugatsu,satsuki)
        C'est le mois des journées les plus longues de l'année. Les rayons du soleil, sans être trop chaud, sont chargés d'ultra-violets dès les première heures du matin.
        • Roku gatsu ya Gyohu kon wo dete Kon ni iru
        • Chalutiers au loin,
          Entre le noir et le bleu
          D'un matin de juin.              Shûyô MIURA

      8. La saison des pluies ou La mousson (tsuyu, nyûbai)
        Au Japon, la saison des pluie commence mi juin et se termine mi juillet. Les masses d'air tropicales remontent vers les côtes et provoquent, presque tous les jours, souvent le soir, des pluies dilluviennes.
        • Nyûbai ya Kôseki shiroki Gyosen gun
        • Entre deux sillages
          De bâteaux, à l'horizon,
          Approche la mousson !              Teïchi YÛGI

      9. Les courtes nuits (mijika yo)
        Désigne les nuits les plus courtes de l'année, aux environs du solstice d'été.
        • Mijika yo ya Asase ni nokoru Tsuki ippen
        • La nuit est si courte ;
          Sur l'eau vive reste à peine
          Un morceau de lune.              Buson YOSA

      10. Le solstice d'été (geshi)
        Le solstice d'été est une des 24 périodes de l'année, centrée sur la date du 21 ou du 22 juin, selon les années. A cette date, le soleil à son zénith brille presqu'à la verticale, et les journées semblent interminables.
        • Mi akitaru Hikôki no mado Geshi no sora
        • Solstice d'été ;
          Ciel toujours bleu au hublot
          Du Paris-Tokyo.              Seegan MABESOONE

      11. Le milieu de l'été (hangeshô)
        Correspond au début de mois de juillet. C'est la période des vacances pour de nombreuses personnes.La végétation est à son sommet;la vie est partout dans la nature.
        • Hi no yama no Kami Shizumarazu Hangeshô
        • Le dieu du volcan
          Bouillonne secrètement ;
          Milieu de l'été.              Shôeï MATSUMOTO

      12. Le mois de juillet (shichi gatsu, mina zuki)
        Au Japon aussi, une fois la saison des pluies terminée, le mois de juillet correspond à la période stable de l'été, une période de chaleur et parfois d'oisiveté.
        • Shichi gatsu no Umi ga samishiki Hazu wa nashi
        • Ma tristesse s'en va,
          Plus je regarde la mer
          Du mois de juillet.              Sôgyo HASEGAWA

      13. Le plein été ou Le coeur de l'été (seika, manatsu)
        Il s'agit de la période la plus chaude de l'été et en quelque sorte du sommet, de l'apthéose du cycle climatique de l'année. Seules les nuits laissent un peu de repos aux hommes.
        • Manatsu no yo Nokutaanu kiku Ikoku kana
        • Au coeur de l'été,
          Encore un soir en voyage
          Sur un air de Chopin...              Seegan MABESOONE

      14. La chaleur ou Les grandes chaleurs ou La chaleur caniculaire((atsushi, taisho, gokusho)
        L'adjectif "chaud", lorsqu'il n'est pas pris dans le sens figuré, peut aussi être considéré comme un mot de saison. Les différents degrés de chaleur peuvent aller jusqu'aux "chaleurs extrêmes" ou autres "chaleurs caniculaires" (la "canicule" correspond grosso modo à la période du "coeur de l'été"- V.ci-dessus). La "chaleur" peut se définir comme une "douceur" excessive, c'est donc une notion toute relative.
        • Tosatsujô no Ushi no namida su Taisho kana
        • Chaleur caniculaire !
          La vache a les yeux mouillés,
          Devant l'abattoir.              Katsutarô IMURA

      15. Matin d'été ou l'aurore en été (natsu no asa, natsu ake)
        Les matins d'été sont clairs dès les premières heures et conservent encore la fraîcheur de la nuit. Le soleil se lève et traverse le ciel avec la rapidité d'un étalon.
        • Natsu ake no Kodomo yo tsuchi ni Uma wo kaki
        • Un matin d'été,
          Sur le sable frais, mon fils
          Dessine un cheval.              Sanki NISHIHIGASHI

      16. Brûlant ou Les après-midi brûlants (yakuru, moyuru, enchû)
        Il s'agit du degré maximum de chaleur, caractéristique des après-midi d'été où les rayons du soleil sont presque douloureux.
        • Yakuru sajô Buta naku hô he Shôjo yuku
        • Sur le sable brûlant,
          Entre les cochons qu'elle garde,
          Petite paysanne !              Ichiei SUNAMI

      17. Soir d'été ou Crépuscule d'été (natsu no yûbe, natsu no kure)
        Les soirs d'été sont longs à venir et leur douceur incite au vagabondage.
        • Oki machi no Fune ni hi no iru Natsu yûbe
        • Vogue la lanterne
          Du bateau resté au large !
          Un long soir d'été ...              Kôichi TANO

      18. Nuit d'été (natsu no yo)
        Les nuits d'été sont courtes et rarement calmes, car il se trouve toujours dans les rues quelques noctambules qui profitent de la fraîcheur.
        • Natsu no yo ya Kodama ni akuru Geta no oto
        • Un bruit de sandales
          Fait résonner le silence ;
          Fin de nuit d'été !              Bashô MATSUO

      19. La fraîcheur (suzushisa)
        Parce que la chaleur est souvent oppressante en été (surtout au Japon), on est d'autant plus sensible aux premières sensations de fraîcheur, notamment les matins et les soirs de fin d'été. Ainsi, assez paradoxalement, la "fraîcheur" est considérée comme un mot de saison de l'été.
        • Asa suzushi Rôsoku tomosu Maria zô
        • Sous le feu des cierges,
          La Vierge est immaculée ;
          Fraîcheur du matin.              Seegan MABESOONE

      20. La fin de l'été ou l'été se termine (banka, natsu fukamu)
        Il s'agit du troisième tiers de la saison, qui correspond plus ou mois d'août.
        • Shônen zô Ura yama ni iru Banka kana
        • Pour le jeune moine
          Aussi, l'été se termine,
          Seul au fond des montagnes.              Ryôko NAKAYAMA

      21. Regret de l'été ou L'été est fini (natsu oshimu,natsu no hate)
        L'été est une saison souvent forte en émotions; ainsi, la fin des grandes vacances est souvent la fin d'une période d'insouciance, qui s'accompagne souvent de regrets.
        • Natsu no hate Tabi no hajime no Zenkôji
        • L'été est fini,
          Et moi, je pars en voyage...
          Temple millénaire !              Seegan MABESOONE

        Phénomènes Météorologiques (tenshô)

      22. Le ciel d'été ou Le ciel estival (natsu no sora, natsuzora)
        Le ciel d'été donne une impression d'immensité, surtout quand il est bleu, couleur de la liberté.
        • Natsuzora ya Shirakawa atari Kumo sodatsu
        • Dans le ciel estival
          Du vieux palais impérial,
          Un minuscule nuage !              Teiko TAKAGI

      23. Nuage d'été ou Cumulus (natsu no kumo, kumo no mine)
        Les nuages en été sont extrêmement variés, de par leurs formes et leurs couleurs. Les nuages matinaux, ceux de la mousson (au Japon), des averses vespérales ou autres nuages d'altitude sont bien-sûr représentatifs de l'été, mais quand on parle de "nuages d'été", on pense généralement aux gros cumulus de beau temps, qui forment d'immenses massifs lumineux dans un ciel pur.
        • Natsu no kumo Jôsen meibo Kaku to kaku
        • Sous les cumulus,
          Le paquebot attend ... Je signe
          Mon départ en exil.              Chizuko KANEHARA

      24. Plein soleil (hi no sakari)
        Se trouver en "plein soleil" est une chose possible aux quatre saisons, mais rien n'égale l'impression de pleinitude que l'on ressent sous un soleil d'été au zenith. C'est cela qu'exprime le mot de saison "plein soleil".
        • Hi no sakari Furansu demo ni Hato no koi
        • Pigeons amoureux,
          A Paris, en plein soleil,
          Un beau jour de grève !              Seegan MABESOONE

      25. Le ciel brûlant (enten)
        En français, on parlerais plus volontiers de "soleil brûlant", mais il peut arriver que la chaleur nous oppresse tant qu'elle soit ressentie comme si elle s'abattait sur nos têtes des quatre coins du ciel.
        • Enten no Tooki ho ya waga Kokoro no ho
        • Sous le ciel brûlant,
          Une voile fend la mer ;
          Je reste, solitaire...              Seishi YAMAGUCHI

      26. La sécheresse (hideri)
        Décrit les jours du milieu de l'été pendant lesquels il ne pleut pas du tout. Dans les campagnes, les cultures souffrent de la chaleur, malgré les efforts des cultivateurs. Dans les villes peuvent survenir des coupures d'eau. Lorsque la sécheresse se prolonge, on sent partout comme une obsession du manque d'eau.
        • Oohideri no Mizu hita hashiru Yume no naka
        • Emergeant à peine
          De l'océan de mes rêves,
          Matin de sécheresse !              Nobume HOKIMOTO

      27. Le soleil couchant (nishibi)
        Le soleil couchant peut s'observer toute l'année, les jours de temps clair. Mais c'est en été qu'il est le plus lumineux, le plus éblouissant, qu'il devient parfois rouge sang.
        • Nani mo ka mo Akkerakan to Nishibi chû (shusen)
        • Devant le couchant,
          Je reste seul, aveuglé ...
          La guerre est finie.              Mantarô KUBOTA

      28. Le ciel (du soir/du matin) s'embrasse ou Le ciel en flammes (yûyake/asayake)
        Lorsque le soleil couchant atteint son maximum de luminosité, les nuages clairs de l'été se teintent de rouge comme des flammes. Alors, la beauté du ciel a quelque chose de diabolique.
        • Gankutsu no Seibo wo terasu Yûyake gumo
        • Statue de Marie
          Devant le ciel qui s'embrase,
          On dirait qu'elle rougit !              Fusetsu KADOTA

      29. La lune de l'été (natsu no tsuki)
        La lune de l'été, couleur de nacre, se manifeste en même temps que la fraîcheur vespérale. C'est comme si elle nous libérait de la chaleur diurne.
        • Shanpan no Awa no iro shite Natsu no tsuki
        • A travers la coupe
          De champagne, entre les bulles,
          La lune d'été !              Seegan MABESOONE

      30. Le vent du sud (Nanpû, hae)
        Au Japon, le vent du sud, vent saisonnier de l'été, est chargé d'humidité; c'est lui qui apporte les pluies de la mousson, venue d'Asie du sud-est, attendues avec impatience par les riziculteurs. Dans les pays de culture du blé il annonce la moisson.
        • Nanpû ya Niwa ni ikoku no Kusa tsumeba
        • Dans le vent du sud,
          L'odeur d'herbes inconnues !
          Mon jardin d'exil.              Seegan MABESOONE

      31. Tempête d'été (ao arashi, natsu arashi)
        Les tempêtes en été ne sont souvent que des coups de vent violents, mais elles se remarquent d'autant plus que les arbres, chargés de feuilles, font un bruit impressionnant. De même, la mer, calme d'ordinaire, surprend par ses soudaines colères.
        • Enpitsu ni Umi no oto kuru Ao arashi
        • Mon stylo s'arrête...
          La mer commence à gronder ;
          Tempête en été !              Chiyoko KATÔ

      32. Le calme plat (du matin/du soir) (asa nagi/yûnagi)
        Les matins et les soirs d'été, les différences de température entre les masses d'air maritimes s'estompent, et il en résulte un calme plat souvent observé sur les côtes des mers intérieures (Mer Intérieure du Japon ou Méditeranée).
        • Yûnagi ya Kimi to onajiki Hoshi wo mite
        • Calme plat du soir ...
          Tous les deux, nous regardons
          Une même étoile !              Seegan MABESOONE

      33. Pluie d'été (natsu no ame)
        Les pluies estivales peuvent être, selon les climats, des pluies de mousson, des orages, ou encore des typhons précoces. Mais lorsqu'il s'agit de pluies passagères sans caractère spécifique, on parle simplement de "pluies d'été", parfois tristement tièdes, parfois rafraîchissantes.
        • Sanzen to Natsusame shuko no Hyaku no yane
        • Triste pluie d'été !
          Sous les toits de l'entrepôt
          Vieillit le saké...              Shirobame SHIBATA

      34. Les pluies de la mousson ou simplement La mousson (samidare, tsuyu)
        "La mousson" est à l'origine une période de l'année (V. "moments de la saisons"), mais ce terme peut aussi désigner la pluie elle-même, qui tombe presque tous les jours pendant cette période. Ces pluies sont souvent violentes, parfois soudaines et surviennent surtout en fin de journée.
        • Samidare no Furi nokoshite ya Hikari dô
        • Comme par miracle,
          La mousson a épargné
          Le Pavillon d'Or !              Bashô MATSUO

      35. Les averses du soir ou Les orages (yûdachi, shûu, raiu)
        Les averses du soir, parfois accompagnées de coups de tonnerre, sont les pluies caractéristiques de la mousson au Japon. D'une façon générale, elles sont fréquentes à la fin de l'été dans les climats de montagne ou continentaux chauds.
        • Yûdachi ni Kata hiza tatete Saigyô zô
        • La statue du poète
          A l'air de vouloir s'enfuir !
          Averse du soir.              Boseki MIGISHIRO

      36. Le tonnerre ou La foudre (rai, kaminari)
        La décharge d'électricité générée par un nuage se dirige souvent vers un autre nuage. Lorsqu'elle tombe à terre, la foudre peut entraîner de graves dégats. Le tonnerre peut gronder aussi un jour de beau temps, à cause d'un nuage orageux apparaîssant soudain un soir de fin d'été.
        • Tsuyu no rai Ma chigahi denwa Oku mado ni
        • Le téléphone sonne,
          Mais au bout du fil, personne !
          Un soir de tonnerre...              Hisako KAJINO

      37. La grêle (hyô)
        La grêle tombe souvent pendant les orages, sous forme de petits morceaux de glace appelés grélon ou grésil selon leur taille. La grêle cause souvent des dégats aux cultures, à un moment crucial pour les campagnes qui se préparent aux différentes récoltes.
        • Hyô kande Usuha naho ari Kokyô kana
        • Dans le vieux mortier
          Quelques grains de grêle fondent ;
          Doux pays natal !              Toshio MITSUBASHI

      38. Les arcs-en-ciel (niji)
        Les arcs-en-ciel apparaîssent souvent les soirs d'été, après une averse. Quand on les regarde du haut d'un montagne, ils peuvent parfois former un cercle fermé. Les arcs-en-ciel doubles sont les plus impressionnants. Au Japon, de nombreuses légendes y sont attachées. De plus, on dit qu'un arc-en-ciel matinal annonce un jour de pluie, et qu'un arc-en-ciel du soir promet le soleil pour le lendemain.
        • Niji kiete Shûdôin no Kataki mon
        • L'arc-en-ciel s'éfface ;
          Le monastère d'en face,
          Lui, n'a pas bougé.              Teruko YAGAWA

        Paysages (chishô)

      39. Montagne en été (natsu no yama)
        Il s'agit parfois de la montagne couverte de verdure, parfois des pics rocheux brûlés par le soleil. En tous cas, c'est en été que la montagne est la plus hospitalière pour l'homme, pour tous ceux qui fuient la chaleur des plaines.
        • Natsu yama ya Hito ashi zutsu ni Umi miyuru
        • Montagne en été;
          Plus je monte, plus je vois
          La mer à mes pieds !              Issa KOBAYASHI

      40. Les neiges éternelles ou Les névés (sekkei)
        La blancheur des neiges éternelles est d'autant plus frappante que les rayons du soleil estival sont forts et que la nature verdoie tout autour. La vue de ces paysages enneigés a souvent quelque chose de paradoxal.
        • Sekkei ni Yama dori hana no Gotoku shi su
        • Neiges éternelles ;
          Un oiseau, tel une fleur,
          Git par terre, mort...              Shuchô NOMIYAMA

      41. Lande en été ou Prairie en été (natsu no, natsu nohara)
        C'est la lande couverte d'une végétation luxuriante, superbe et paisible à la fois, qui incite à la flânerie.
        • Uma bokuboku Ware wo e ni miru Natsu no kana
        • Mon cheval accourt
          Vers moi par curiosité !
          Prairie en été.              Bashô MATSUO

      42. Les sources ou L'eau de source (izumi, shimizu)
        Bien-sûr, l'eau de source coule toute l'année, sauf en période de gel, mais c'est en été que les sources prennent toute leur valeur.Les promenades estivales ont souvent pour étapes des sources réputées pour leur fraîcheur, leur pureté ou autres pouvoirs surnaturels.
        • Haha uma ga Ban shite nomasu Shimizu kana
        • La jument regarde
          Son petit boire à la source ;
          Autour, tout est calme...              Issa KOBAYASHI

      43. Les cascades ou Les chutes d'eau (taki)
        Comme les sources, les cascades sont considérées comme un mot de saison estival en raison de leur fraîcheur, que l'homme recherche particulièrement en cette saison. Leur verticalité et leur aura vaporeuse inspire le respect.
        • Taki no ue ni Mizu arawarete Ochi ni keri
        • L'eau qui apparaît
          Tout en haut de la cascade...
          Est déjà tombée !              Yahan GOTÔ

      44. Rivière en été (natsu no kawa)
        Les rivières en été ne sont plus aussi mouvementées et profondes qu'à la fonte des neiges; elles attirent pêcheurs, baigneurs et voyageurs.
        • Natsu kawa wo Kosu ureshisa yo Te ni zôri
        • Sandales à la main,
          Quel plaisir de traverser
          La rivière en été !              Buson YOSA

      45. La mer en été ou L'océan en été ou Le lac en été (natsu no umi, natsu no mizuumi)
        La mer comme les lacs en été sont associés aux baignades, et rien ne semble pouvoir troubler la paix de ces vastes étendues d'eau.
        • Shima jima ya Chi ji ni kudakete Natsu no umi
        • Ilôts fracassés,
          Par milliers, dans l'océan
          Paisible de l'été !              Bashô MATSUO

        Plantes (shokubutsu)

      46. La première verdure ou simplement la verdure (shinryoku, midori)
        Au début de l'été, les arbres et les herbes se teintent d'un vert plein de fraîcheur.
        • Shinryoku ya Kiyomizu dera ni Ijin Inoru
        • Première verdure !
          Au vieux Temple de l'Eau Pure
          Un étranger prie.              Seegan MABESOONE

      47. Les jeunes feuilles (wakaba)
        Il s'agit des jeunes feuilles, encore d'un vert tendre, qui apparaissent un peu partout, sur les arbres et sur le sol.
        • Wakaba kaze Yake dake wa mi no Netsu wo fuku
        • Sous les jeunes feuilles,
          Le vieux volcan continue
          De cracher sa fièvre...              Tôzai TOBE

      48. Les feuilles vertes (aoba)
        Au fur et à mesure que l'été s'avance, les feuilles deviennent vert vif, puis, au coeur de l'été, s'assombrissent de plus en plus.
        • Aoba shite Sono hitozumi ni Chichi no kehai
        • L'ombre de mon père
          Plane encore entre les feuilles
          Vertes du jardin !              Michie SAITÔ

      49. La verdure est partout (banryoku)
        Littéralement en japonais, "les 10 000 verdures", expression tirée d'un classique chinois. Décrit la végétation luxuriante du coeur de l'été, au milieu de laquelle chacun se sent submergé.
        • Banryoku ya Hashi kake watasu Inochi zuna
        • La verdure est partout ;
          Ma vie ne tient qu'à un fil,
          Sur le pont suspendu !              Fumio SOMUYA

      50. Bosquet estival ou Arbres en été (natsu kodate,natsu ki)
        Décrit les arbres formant des bouquets de verdure dans les campagnes, pleins de vigueur et à l'apogée de leur santé.
        • Mo no hanawa Tate kakete aru Oo natsu ki
        • Quelques fleurs trop pâles
          Sous un grand arbre estival,
          Soir de funérailles.              Sei SAITÔ

      51. L'ombre des feuilles (ryoku in)
        Plus le soleil estival s'impose, plus la végétation touffue offre de l'ombre et de la fraîcheur à ceux qu'accable la chaleur.
        • Ryoku in wo Môjin shiru ya Kaze komoru
        • Marchant à tâtons,
          Même l'aveugle recherche
          L'ombre des feuillages.              Shôko SHIMIZU

      52. Les feuilles des cerisiers (ha zakura)
        Les feuilles des cerisiers désignent souvent dans un haïku la verdure sombre des cerisiers du Japon, qui tranche avec la clarté des fleurs de cerisiers, quelques semaines plus tôt.
        • Ha zakura wa Tsumaranu mono yo Sumida gawa
        • La rivière est triste ;
          Les feuilles des cerisiers
          Ne valent pas les fleurs.              Shiki MASAOKA

      53. Le lierre (ao tsuta)
        Le lierre est une plante rampante de la famille des vignes, qui s'accroche aux grands arbres, aux haies et aux murs, et dont la verdure est de plus en plus foncée au fur et à mesure que l'on avance dans l'été. Le lierre devient rapidement envahissant.
        • Aoki tsuta Seibo ni dakare Tsutsu aruku
        • Au milieu du lierre,
          Le regard immaculée
          De la Sainte-Vierge !              Kei AKIYAMA

      54. Les fleurs de paulownia (kiri no hana)
        Le paulownia est un grand feuille pouvant atteindre 10 mètres de hauteur, qui est originaire de Chine, mais très répandu au Japon. Au mois de mai, l'arbre se charge de grandes fleurs pourpres en forme de cônes, que l'on remarque de loin. Quand les fleurs sont tombées poussent de grandes feuilles longiformes. Le bois de paulownia aussi est réputé pour la confection d'armoires à kimono, car il fait fuir les insectes.
        • Kono hiroba Kiri kare mieta Gaka no ie
        • Au fond de la place,
          Sous les fleurs de paulownia,
          L'atelier du peintre !              Seegan MABESOONE

      55. Les fleurs de marronnier (tochi no hana, maronie no hana)
        Parmi les différentes variétés de marronniers, certaines peuvent atteindre 25 mètres de hauteur. Au début de l'été apparaissent des fleurs blanches en grappes avec des petites taches roses ou jaunes. Le marronnier un arbre fréquent le long des avenues parisiennes, par conséquent, souvent peint par les peintres.
        • Gafu kuraku Maronie no saku Machi egaku
        • Sur ma toile grise,
          Une fleur de marronnier,
          Et Paris renaît !              Kikumi NISHI

      56. Les hortensias (ajisai)
        Les hortensias, petits arbustes à feuilles rondes, fleurissent au mois de juin. Les petites fleurs à quatre pétales forment des massifs sphériques impressionants. Au cours de leur longue période de floraison, ces massifs changent de couleur, passant du blanc au vert clair, du rose au pourpre puis au bleu.
        • Mizu kagami shite ajisai no Kyô no iro
        • Dans le bleu de l'eau,
          Les hortensias se mirent,
          Chaque jour plus bleus !              Gosenseki UEDA

      57. Les fleurs d'oranger ou Les fleurs de mandarinier (mikan no hana, daidai no hana)
        Les madariniers ou clémentiniers, très fréquents au Japon, fleurissent aux mois de mai et juin, tout comme les orangers. Leurs petites fleurs blanches font planer dans l'air un parfum intense et exotique. L'eau de fleur d'oranger est un ingrédient fréquent des pâtisseries méditerranéennes.
        • Daidai no Hana ni hikarete Haha no umi
        • Dans l'odeur des fleurs
          D'orangers, se dresse une île !
          Pays de ma mère.              Seegan MABESOONE

      58. Les herbes de l'été ou Les herbes folles (natsu kusa,mugura)
        Les herbes diverses prospèrent dans les prairies en été. Leurs mouvements et leurs poses désordonnés ont quelque chose de fantasmagorique.
        • Natsu kusa ya Tsuwa mono domo ga Yume no ato
        • Sous les herbes folles
          De l'ancien champs de bataille,
          Rêves de soldats ...              Bashô MATSUO

      59. Les oeillets (kaaneeshon)
        Les oeillets sont originaires d'Europe du sud, et fleurissent sur de longues tiges de 30 à 60 centimètres. Leurs fleurs élégantes et solides sont souvent blanches ou roses; on les arrange en bouquets pour les grandes occasions (par exemple, la fête des mères au Japon) ou on les porte à la boutonnière.
        • Kaaneeshon Kiyoshi shôgai no Yubiwa hamu
        • Fin de célibat !
          Sous le regard des oeillets,
          Je mets une bague.              Tôjô SAKUMA

      60. Les roses (bara)
        Les innonbrables variétés de roses descendent de rosiers sauvages originaires d'Europe de l'est. La plupart des roses fleurissent vers le mois de juin. Presque toutes les couleurs de roses ont été crées par croisements, sauf le bleu et le noir. C'est que la rose est la plus élégante des fleurs, avec ses épines aiguës, fleur que l'on compare depuis toujours à l'amour fatal.
        • Shiro bara no Hito hira ochinu Saiketsushitsu
        • Salle d'hôpital...
          La rose perd un pétale,
          Moi un peu de sang !              Seegan MABESOONE

      61. Les pivoines (botan)
        Les pieds de pivoines sont des petits arbustes originaires de Chine, cultivés depuis longtemps au Japon. Leurs grosses fleurs (une dizaine de centimètres de diamètre) aux nombreux pétales très fins apparaissent au mois de mai, et peuvent être blanches, roses, rouges ou jaunes. La variété écarlate est considérée comme "la reine des fleurs" en Chine.
        • Botan chirite Uchi kasanarinu Ni san pen
        • La pivoine perd
          Deux pétales, trois peut-être,
          Tombés l'un sur l'autre!              Buson YOSA

      62. Les pavots et Les coquelicots (keshi, hina geshi)
        Les pavots comme les coquelicots sont des fleurs constituées de quatre pétales fragiles, fleurissant au mois de mai, qui peuvent être rouges, violettes, blanches ou bigarrées. Les uns comme les autres sont originaires d'Europe de l'est. Les fleurs des pavots, plus grosses, donnent des graines qui sont à la base de la fabrication d'opium.
        • Keshi no hana Gôki ni ame no Hito atari
        • La fleur de pavot
          Sous les cordes de la pluie,
          Tremble pour sa vie !              Issa KOBAYASHI

      63. Les mauves ou Les roses trémières (aoi, tachi aoi)
        Les mauves ne mesurent que 50 centimètres et sont uniquement de couleur mauve. Les roses trémières, de la même famille, peuvent atteindre 2 mètres de haut et peuvent être de couleur blanche aussi. Dans les deux cas, ce sont des fleurs qui supportent bien la chaleur, et qui ont une période de floraison très longue, du juin à août.
        • Hibaku chi no Yo no kage tsukuru Tachi aoi
        • A Nagasaki,
          Comme un spectre dans la nuit,
          Une mauve fleurit !              Kôji YOSHIDA

      64. Les iris (hana shôbu, ayame)
        Les iris violets du Japon (ayame) éclosent au cours du mois de juin et, à la différence des glaïeuls, leurs fleurs ne sont formées que trois pétales avec une touche de jaune à la base. Les iris de couleurs diverses (hana shôbu) leur ressemblent, et sont aussi un symbole d'élégance japonaise en raison de leurs lignes stylisées.
        • Maki nukete Ushi no kite iru Ayame kana
        • Elle s'est enfuie
          De son pré, la vache blanche,
          Broutant les iris !              Itto NISHIMOTO

      65. Les nénuphars ou Les lotus (suiren, hasu)
        Le nénuphar commun fleurit au mois de juillet sur les eaux tranquilles; sa fleur est toujours blanche. Les lotus ont des feuilles plus grandes et leurs grosses fleurs à seize pétales peuvent être blanches, roses ou pourpres. Dans le bouddhisme, on compare ces fleurs, qui s'ouvrent tous les matins et se referment tous les soirs, à l'existence humaine. Le monde des fleurs est celui du Paradis bouddhique, et celui des racines boueuses symbolise le monde humain.
        • Suiren ya Koi no wake yuku Hana futatsu
        • Les nénuphars flottent...
          Le nez rouge d'une carpe
          Joue parmi les fleurs !              Takashi MATSUMOTO

      66. Les liserons, les belles-de-jour, les volubilis (hiru gao)
        Les liserons, sous leurs diverses appellations, sont, comme les nénuphars, des fleurs diurnes se refermant chaque soir. Ce sont de petites fleurs sauvages roses ou blanches, qui s'accrochent sur les buissons des landes ou les dunes des plages.
        • Hiru ga ya Zabu zabu shio ni Narete saku
        • Au rythme des vagues,
          Au rythme des jours qui passent,
          Liserons sur la plage.              Issa KOBAYASHI

      67. Les glaïeuls (gurajiorasu)
        De la même famille que les iris, les glaïeuls sont aussi de longues fleurs à bulbes, dont le nom rappelle la ressemblance avec les glaives et autres épées. Mais les glaïeuls ont six pétales au lieu de trois pour les iris, et ils peuvent être de toutes les couleurs, ce qui en fait des fleurs idéales pour les bouquets.
        • Gurajiorasu Yurete ono ono Seki ni tsuku
        • Parmi les glaïeuls
          Qui tremblent, l'artiste est seul
          Et la salle pleine.              Jikka SHIMODA

      68. Le muguet (suzuran)
        Le muguet fleurit dans les prairies aux mois de mai et juin. de ses petites fleurs blanches en forme de clochettes se libère un parfum délicat. C'est la fleur du premier mai en France, et c'est partout un symbole de pureté et de simplicité.
        • Suzuran ni Ikohu otomera no Kata miyuru
        • Quelques écolières,
          Allongées entre les brins
          D'herbe et de muguet !              Shûôshi MIZUHARA

      69. Les lys (yuri)
        Grande fleur souvent blanche, parfois pourpre, composée de trois pétales et d'un calice tripartite. Originaire des prairies de montagne, cette fleur est un symbole de pureté et de noblesse.
        • Yuri hiraku Ma shiroki oto no Aru gotoku
        • A l'instant où le lys
          S'ouvre, on entend comme un bruit...
          Un bruit transparent !              Osamu NODA

      70. Les volubilis nocturnes ou Les liserons de nuit (yûgao)
        Les liserons à gourdes nocturnes sont originaires des régions tropicales, et apparaissent à la fin de l'été sur les murs et les haies. Leurs petites fleurs coniques se dressent et s'épanouissent dès que la chaleur diurne diminue, et se contractent dès les premiers rayons du soleil matinal.
        • Yûgao ya Roji ni shabon no Nioi suru
        • Dans l'odeur de mousse
          Des bains publics, ils se dressent,
          Liserons de nuit !             Shizue KATAYAMA

      71. Les fleurs de tournesol (hi mawari)
        Grosses fleurs souvent cultivées pour l'huile qu'elles fournissent. Leur coeur marron foncé contraste avec leurs grands pétales jaune vif. Les fleurs de tournesol sont aussi appelées "soleil", car elles ressemblent au soleil et lui font souvent face en pivotant sur leurs tiges.
        • Himawari ga Suki de kuruhite Shinishi gaka
        • Par amour pour vous,
          Autrefois, un peintre est mort,
          Fleurs de tournesol !             Kyoshi TAKAHAMA

      72. Les dahlias (daria)
        Importées depuis deux siècles au Japon, les dahlias sont une variété de chrysanthèmes importées du Mexique, qui ont beaucoup de succès en tant que fleurs ornementales en raison de leurs couleurs vives et de leur floraison généreuse.
        • Joi shiroshi Takujô ni oku Chi no daria
        • Entre les mains blanches
          D'une femme-médecin,
          Dahlias rouge sang !              Issô MORITA

      73. Les hibiscus (bussôge, haibisukasu)
        Les hibiscus sont aussi des fleurs originaires des climats chauds, qui fleurissent à la fin de l'été sous les climats tempérés. Leurs fleurs sont presque toujours rouges, très lumineuses, avec de grands pétales enroulés d'où se dressent de longs pistils très caractéristiques.
        • Machisu no iro Mochite umareshi Bussôge
        • Quelques hisbiscus
          Fleurissent... Nice a retrouvé
          L'âme de Matisse !              Seegan MABESOONE

      74. Les fleurs de cactus ou Les cactus (saboten no hana, saboten)
        Plantes grasses originaires des régions désertiques du continent américain. Leurs formes sont d'une variété presque infinie et leurs fleurs peuvent être blanches, jaunes, oranges ou rouges. Les cactus intriguent par leurs formes étranges et leurs nombreuses épines.
        • Saboten ni Kagamereba oi Gun gun to
        • Entre les cactus
          Un viellard, le dos bossu,
          Court après son ombre !              Yôjo MITSUBASHI

      75. Les fleurs de melons ou Les fleurs de pastèques (uri no hana, suika no hana)
        Les fleurs de melons et de pastèques sont petites, jaune pâle et apparaîssent au ras du sol aux mois de mai et juin. A la même période fleurissent aussi les aubergines, courgettes et autres courges. Ces fleurs jaunes paysannes n'ont pas la noblesse du lys, mais elles sont aussi petites que leur fruit est imposant.
        • Koko mo mata Basu ga tooru ya Uri no hana
        • Les melons fleurissent
          Au rythme des autobus
          D'une banlieue triste.              Kyoshi TAKAHAMA

      76. Les fleurs de pommes de terres ((jaga)imo no hana)
        Les fleurs de pommes de terre sont aussi des fleurs paysannes du mois de juin, qui illuminent de petits points blancs les champs de campagnes souvent pauvres. Les fleurs de carottes leur ressemblent beaucoup.
        • Kokkyô ya Jaga imo no hana Sakeru machi
        • Au milieu du champs
          De pommes de terre en fleurs,
          Passe la frontière !              Takako HASHIMOTO

      77. Le lin ou Le chanvre (asa)
        Les épis de lin peuvent mesurer de deux à trois mètres et se chargent de cinq à neuf feuilles. En été apparaissent des petites fleurs vertes, accentuant encore l'odeur nauséabonde qui caracterise le lin. A la fin de l'été, on coupe les épis pour utiliser les fibres ou l'huile qu'ils contiennent.
        • Yûgure ya Kanarazu asa no Hito arashi
        • Sur les champs de lin,
          Un dernier frisson avant
          L'adieu du couchant !              Shiki MASAOKA

      78. Les pêches (momo)
        La plupart des variétés de pêches (jaunes, blanches, de vignes, etc...) se cueillent au mois de juillet. Leur forme généreuse et leur peau douce couleur pastel en font un fruit aussi agréable à la vue qu'au goût.
        • Shiro momo wo Arahu tanjô no Ko no gotoku
        • Comme on laverait
          Un bébé qui vient de naître,
          Je lave une pêche !              Kôi NAGATA

      79. Les fraises (ichigo)
        Il existe aujourd'hui de nombreuses variétés de fraises, dont certaines sont adaptées à la culture en serre, et de fait, les fraises arrivent maintenant sur les étalages dès la fin de l'hiver. Mais les fraises sont un fruit estival, longtemps considéré comme un luxe.
        • Ootsubu no Ichigo wo yoru wa Hotoke ga kuhu
        • Quelques grosses fraises
          Au pied du Bouddha offertes,
          Parfument la nuit !              Tohan HASHIMOTO

      80. Les abricots (anzu)
        Les abricots sont des petits fruits sucrés et acides à la fois qui se conservent mal quand ils sont mûrs. Ils sont délicieux cueillis directement sous l'arbre, mais peuvent aussi être séchés et conviennent très bien aux confitures.
        • Tabi kaban Yori koro koro to Ao anzu
        • Retour de voyage...
          Au fond d'un vieux sac en cuir,
          Un abricot vert !             Sumiko AMAMIYA

      81. Les reines-claudes ou Les prunes (sumomo,ume no mi)
        Les nombreuses variétés de prunes - reines-claudes, mirabelles, prunes rouges, etc..- se récoltent tout au long de l'été, mais au Japon, les pruniers sont plus souvent appréciés pour leurs fleurs précoces et raffinées que pour leurs fruits.
        • Rôbai no Hisokani minori Kurenikeri
        • Dans le crépuscule,
          Le vieux prunier semble avoir
          Honte de ses fruits !             Eiko HAYASHI

      82. Les cerises (sakuranbo)
        Les cerises sont des petits fruits charmants rouge brillant qui pendent par deux ou par trois sur les branches, dès le mois de juin. Au Japon, elles ne sont pas très courantes, car la variété préférée de cerisier ne donne pas de fruits comestibles.
        • Tare sorohu Sakuranbo wakashi Hotaka miyu
        • Entre deux cerises
          Qui se balancent sur l'arbre,
          Se dresse une montagne !             Seimin HORIGUCHI

      83. Les mûres (kuwa no mi)
        Les mûres sont des fruits sauvages qui prennent forme dès le début de l'été et mûrissent lentement en passant de la couleur verte au rouge très foncé. Quand elles sont presque noires, elles font le régal des enfants, que l'on retrouve enfin de journée la bouche et les mains toutes noires.
        • Mi ga urete Kora no ki to naru Kuwa furu ki
        • Vieux mûrier du village,
          Dès que tes mûres sont mûres,
          Tu es l'arbre des enfants !             Ishio ARAI

      84. Les melons (meron)
        Les melons cultivés au Japon sont souvent des melons d'eau d'une variété originaire d'Inde. Le melon y est encore considéré comme un luxe, contrairement aux pastèques, que l'on mange plus couramment.
        • Tôisu ni Perusha neko oru Meron kana
        • Mon vieux chat persan
          Me regarde avec envie;
          Je mange un melon...              Fûsei TOYOYASU

      85. Les pastèques (suika)
        Contrairement aux melons, les pastèques sont au Japon des fruits courants, que l'on consomme souvent en famille. Leur grande taille permet à toute la famille et aux amis d'en profiter, après avoir donné un coup de couteau spectaculaire pour les fendre en deux. Leur teneur en eau élevée explique certainement le succès des pastèques en été.
        • Kore no yo ya Suika wo wareba Iro hageshi
        • Le monde est ainsi fait :
          Vert dehors, rouge dedans.
          Pastèque coupée !             Teijirô SHINODA

      86. Les bananes (banana)
        Les bananiers peuvent mesurer jusqu'à cinq mètres de hauteur dans leurs pays d'origine en Asie du sud-est. Au Japon, plus petits, ils donnent des régimes de bananes qui mûrissent plus au moins bien vers la fin de l'été.
        • Mada aoki Banana wo muite Hadaka no ko
        • La banane verte
          Sans sa peau, courbée, timide
          Comme un enfant nu !             Yasu SAKURAGAWA

      87. Les ananas (painappuru,ananasu)
        Originaires des régions tropicales du continent américain, les ananas fleurissent et donnent leurs fruits en été sous les climats chauds ou tropicaux (à Okinawa au Japon). Leurs fruits surmontés de feuilles aiguisées sont très juteux et parfumés et constituent un fruit tropical par excellence.
        • Rurizara no Hikari ni wagiri no Painappuru
        • Sur un plat bleu ciel,
          J'ajoute un peu de soleil:
          Tranches d'ananas !             Hitoe SUMIYOSHI

      88. Les tomates (tomato)
        Les petites fleurs jaunes de tomates apparaissent en juin puis se transforment en fruits qui mûrissent progressivement aux mois de juillet et août. Les tomates sont un fruit, ou un légume, à la couleur et au goût caractéristiques, qui entrent dans la composition de nombreux plats familiaux et que l'on trouve dans presque tous les jardins, surtout en Méditerranée.
        • Tsuma mo nuru Aoki tomato no Niwaka ame
        • Jardin sous la pluie;
          Parmi les tomates vertes,
          Ma femme s'enfuit !             Seishi YAMAGUCHI

      89. Les pommes de terre nouvelles (shin(jaga) imo)
        On commence à déterrer les premières pommes de terre nouvelles dès la fin de l'été. Ces pommes de terre sont bien différentes des pommes de terre bon marché de l'automne, par la finesse de leur peau et la délicatesse de leur goût.
        • Shin'imo wo Arai agetaru Beni wakaku
        • La pomme de terre
          Nouvelle à peine lavée,
          Rose comme un nouveau-né !             Kôhei SUZAKI

      90. Les aubergines (nasu)
        Les aubergines mûrissent alors qu'il subsiste encore des fleurs sur les pieds. La couleur de ces légumes est d'un violet profond et brillant à la fois; leur chair, assez consistante et nutritive, absorbe facilement la graisse et nécessite parfois d'être mise à dégorger.
        • Kami shimeru Hitori toseki ya Nasu chazuke
        • Ma vie solitaire,
          Chaque soir, je la rumine
          Avec trois aubergines !             Misako USHIJIMA

      91. La pourriture (kabi)

        (Message over 64 KB, truncated)
    Your message has been successfully submitted and would be delivered to recipients shortly.