Loading ...
Sorry, an error occurred while loading the content.

Re: [spectro-l] LHIRES en spectro cométaire ?

Expand Messages
  • Christian Buil
    La question est très interessente mais il est difficile de trancher de manière ferme sur la réponse, comme tu le pressent. Tout d abord Jean-Pierre, ton
    Message 1 of 1 , Nov 29, 2005
    View Source
    • 0 Attachment
      La question est très interessente mais il
      est difficile de trancher de manière ferme sur la réponse,
      comme tu le pressent.

      Tout d'abord Jean-Pierre, ton calcul est tout à fait juste
      en ce qui concerne la largeur spectrale couverte et la
      résolution. Je pense aussi que tu a raison de raisonner
      avec une fente de 100 microns de large, cela me parait
      une bonne base de compromis entre résolution et
      détectabilité (je crois même que l'on pourrait
      oser une fente de 200 microns pour les comètes).

      Le hic est que l'on mesure en gros un objet diffus. Il faut donc
      raisonner en magnitude surfacique si on ignore le pic
      du noyau. Le calcul n'est pas tout à fait immédiat.
      Mais on peut voir que plusieurs paramètres interviennent
      alors. Le rapport F/D du télescope est un paramètre
      critique en particulier. On a bien sur intéret à travailler
      à la limite du vignetage de LHIRES III, disons un équivalent
      F/7 si on globalise la géométrie assez complexe (c'est à la louche).
      On gagne au carré des rapport de F/D.

      Il faut aussi considérer que si la comète est un peu grande
      elle couvre une certaine hauteur le long de la fente, ce qui est tout
      bénéfice en terme de détectabilité : on va binner toute la hauteur
      de la fente utile pour obtenir le profil spectral (à moins de vouloir
      faire de la spectro-imagerie, mais n'allons pas jusque là pour l'instant).

      Bref, la morphologie de la comète à son importance.

      On manque un peu de recul pour évaluer la perfo. Cependant
      je voterais plutot pour un réseau de 300 t/mm pour mettre
      plus de chance de son coté. Cela donnerait plus de souplesse
      en terme de résolution spectrale (en jouant sur la largeur de fente),
      il serait possible d'aller chercher plus facilement de la détectabilité
      en sacrifiant plus encore la résolution (mais quitte à avoir quelque
      chose...),
      et enfin la couverture spectrale est plus large.

      Oui, le guidage doit être précis car le profil photométrique d'une
      comète à l'allure d'un chapeau chinois : si on séloigne du noyau,
      le flux chute très très vite. Donc, il faut vraiment bissecter
      le noyau. Une caméra de guidage très sensible est indispensable
      Une Watec-120N ou mieux encore peut être, une Audine
      (à ce propos, je peux vous signaler qu'une Audine miniature USB
      relativement économique est en préparation, qui pourrait être bien
      adaptée à cette application - c'est même fait un peu exprès... !).

      La force de MERIS pour l'observation d'objet diffus comme
      une comète est la capacité d'exploiter des télescopes ouvert à f/5
      voire même plus lumineux. C'est un gain fort.

      Cependant, si une comète brillante se présente, disons visible à l'oeil nu
      ou à la limite de la visibilité à l'oeil, pour ne pas prendre trop
      de risque, je suis persuadé que LHIRES en configuration
      réseau de 300 t/mm et un télescope autour de f/8, cela peut
      donner un résultat très sympa !

      Christian Buil


      ----- Original Message -----
      From: "JP Masviel" <jp.masviel@...>
      To: "Spectro-I" <spectro-l@yahoogroups.com>
      Sent: Tuesday, November 29, 2005 6:05 PM
      Subject: [spectro-l] LHIRES en spectro cométaire ?


      > Bonjour.
      >
      > Je sais que le spectro LHIRES III a été conçu avant tout pour la haute
      > résolution. Néanmoins, en utilisant la feuille de calcul ETCL disponible
      > sur le site web du LHIRES, on peut tester une configuration différente,
      > avec un réseau de 600 tr/mm blazé à 500 nm et une largeur de fente de
      > 0,1 mm. On obtient alors une résolution de 600 correspondant assez bien
      > aux spécifications du projets ARAS de spectro cométaire proposé par
      > Nicolas BIVER.
      >
      > Avec une plage spectrale de 57 nm, on pourrait étudier les bandes de
      > Swan (couleur verte des chevelures cométaires) dues aux raies C2, ainsi
      > que les différentes raies NH2.
      > J'en ai discuté récemment avec François COCHARD et Olivier THIZY, mais
      > il y a encore pas mal de questions.
      > Bien entendu, les comètes cibles seraient des comètes lumineuses, comme
      > Q2 Machholz qui fut visible fin 2004 début 2005.
      >
      > Une fente de 0,1 mm de largeur laisse-t-elle passer suffisamment de flux
      > dans le cas d'une comète (avec un télescope de 280 mm de diamètre per
      > exple) ?
      > Un suivi très précis (fente réfléchissante + caméra video Watec) est-il
      > indispensable, ou peut-on se contenter d'un suivi au moyen d'une petite
      > lunette montée en parallèle ?
      > La configuration Littrow donne-t-elle d'aussi bons résultats qu'un
      > spectro type MERIS (utilisant deux objectifs photos) et le doublet
      > corrige-t-il assez le chromatisme pour assurer une bonne focalisation
      > sur l'ensemble de la plage spectrale ?
      >
      > Je sais qu'il est difficile de tout savoir d'une configuration avant
      > même de l'avoir testée, mais j'aimerais autant mettre toutes les chances
      > de mon côté, et ne pas m'engager dans une impasse.
      >
      > Tous vos commentaires ou conseils sont donc les bienvenus
      >
      > Cordialement.
      >
      > Jean-Pierre MASVIEL
      >
      >
      >
      >
      >
      > Yahoo! Groups Links
      >
      >
      >
      >
      >
      >
      >
      >
    Your message has been successfully submitted and would be delivered to recipients shortly.