Loading ...
Sorry, an error occurred while loading the content.

The so-called "kaige recension"

Expand Messages
  • André Canessa (= Bullfroggy)
    André CANESSA 4 rue des Barbus 13007 MARSEILLE Tél / Fax: 04.91.31.71.22 e-mail: canessaand@wanadoo.fr Homepage on the Septuagint:
    Message 1 of 2 , Dec 23, 2000
    • 0 Attachment
      André CANESSA
      4 rue des Barbus
      13007 MARSEILLE
      Tél / Fax: 04.91.31.71.22
      e-mail: canessaand@...
      Homepage on the Septuagint: http://site.voila.fr/canessa/index.htm


      Dear David,

      You can find an precise answer to your question in the book (in
      French, sorry...):
      GILLES DORIVAL, MARGUERITE HARL, OLIVIER MUNNICH "LA BIBLE GRECQUE
      DES SEPTANTE Du judaïsme hellénistique au christianisme ancien "
      Éditions du Cerf / Éditions du C.N.R.S.1994.
      This book is available on-line
      (http://www.tradere.org/biblio/lxx/harl-04.htm#TopOfPage).

      Here is the text in French:

      3. La révision du groupe «kaigé»:
      En 1952 un parchemin de cuir fut découvert dans le désert de Juda. D.
      Barthélemy y identifia une révision particulièrement ancienne des
      XII. Il établit que cette révision s'inscrivait dans un cadre plus
      large et s'étendait à d'autres livres de la LXX. Parmi les
      initiatives des réviseurs figure le remplacement de kai par kaige
      pour traduire la particule hébraïque gam, « aussi ». Ainsi s'explique
      le qualificatif de « groupe kaigé » employé par D. Barthélemy pour
      désigner cette entreprise. L'auteur a publié les fragments des XII,
      trouvés dans le désert de Juda (Devanciers, p. 170-178). D'autres
      fragments du même parchemin ont été ultérieurement édités par B.
      Lifshitz. Une édition diplomatique paraîtra prochainement dans la
      collection des Discoveries in the Judaean Desert.
      Antérieure à Aquila et à Symmaque, la révision kaigé est étroitement
      liée à Théodotion. On les distingue ici par souci de clarté. La
      révision kaigé répond à «un vaste effort de reprise en main de la
      Bible grecque qui s'est opéré au 1er siècle de notre ère sous l'égide
      du rabbinat palestinien » (Devanciers, p. 267). Peut-on préciser la
      datation ? On hésite sur celle du fragment découvert en 1952 : vers
      50 selon D. Barthélemy ; entre 50 av. et 50 apr. J.-C. selon d'autres
      (références bibliographiques chez K. G. O'Connell, op. cit. supra p.
      153, p. 3, n. 8).
      À propos du groupe kaigé, on ne peut parier d'une «oeuvre» mais de
      textes plus ou moins retouchés par lui. La révision affecte les
      parties suivantes de la LXX : environ un tiers des Règnes (sections
      bêta-gamma et gamma-delta, voir p. 175), la révision Théodotion de
      Daniel, les ajouts Théodotion à Job et ceux (souvent anonymes) à
      Jérémie, la sixième colonne des Hexaples quand elle présente
      véritablement le texte de Théodotion, la Quinta du Psautier, la
      révision des XII. En outre, les Lamentations et vraisemblablement le
      Cantique des cantiques ainsi que Ruth auraient été traduits - et non
      révisés -par le groupe kaigé. Enfin, une partie du Psautier,
      d'Ézéchiel et de 2 Paralipomènes manifeste des marques de cette
      révision. Ces livres constituent, selon D. Barthélemy, une «
      extension du groupe kaigé» (Devanciers, p. 47).
      Le groupe kaigé se caractérise comme une révision hébraïsante qui
      rectifie le Vieux Grec selon un texte hébreu de type
      protomassorétique (D. Barthélemy, « Les problèmes textuels... »,
      Études, p. 240 ; K. G. O'Connell, op. cit., p. 163). En outre
      l'exégèse rabbinique - et en particulier celle du rabbi Ishmael ben
      Elisha -détermine certaines initiatives des réviseurs : outre
      l'emploi de kaigé, D. Barthélemy mentionne une dizaine de traductions
      caractéristiques, inspirées par l'école de rabbi Ishmael (Devanciers,
      p. 48-80). Leur adoption produit parfois des formulations très rudes
      (ainsi l'emploi de egô eimi directement suivi d'un verbe à un mode
      personnel). Selon E. Tov, l'influence exercée par le rabbinisme sur
      la révision kaigé est moins forte que ne le dit D. Barthélemy. En
      1972 ce dernier a lui-même réduit la liste des traductions typiques
      du groupe kaigé (« Les problèmes textuels... », Études, p. 268-269).
      Plusieurs auteurs ont défini, de manière plus ou moins convaincante,
      d'autres critères de cette révision (références bibliographiques chez
      P.-M. Bogaert, « Les études... », p. 181, et chez E. Tov, «
      Bibelübersetzungen », p. 177). Autre caractéristique : les réviseurs
      manifestent un certain souci de régularité dans le choix des
      équivalents entre l'hébreu et le grec. Ceux-ci sont souvent empruntés
      à la LXX du Psautier (D. Barthélemy, « Les problèmes textuels... »,
      Études, p. 269). Sur le plan de ces équivalents, la révision ne
      manifeste pas encore la cohérence d'un Aquila. D. Barthélemy conclut
      que le groupe kaigé produit une recension « légère, [...] tâtonnante
      et pleine d'illogismes », tout comme le fait Théodotion, le seul
      membre non anonyme du groupe (« Redécouverte... », 1953, Études, p.
      49).
      En milieu juif le retentissement de cette entreprise paraît avoir été
      considérable. Adoptant le texte de ses adversaires juifs, Justin cite
      les XII sous leur forme révisée, non d'après la LXX, La notoriété de
      cette révision amène sans doute Origène à la consigner dans la Quinta
      des Hexaples. Enfin, la traduction copte des XII se fonde sur un
      substrat kaigé et non sur la LXX (Devanciers, p. 228-238). En
      Palestine, la révision connaît aussi une circulation dans les milieux
      chrétiens et Origène la substitue parfois à la LXX ancienne : pour
      certaines sections des Règnes, il place la révision kaigé dans la
      cinquième colonne (= LXX) de ses Hexaples (voir infra p. 163).


      SO..., we can briefly resume :
      The kaige recension is a late revision (about 1rst century A.D.) of
      the first state of the LXX. This revision used to translate the
      hebrew particle GAM by the greek particle KAIGE. This revision had
      many Hebraisms and a rather "hard" Greek.


      Small bibliography:
      - D. BARTHÉLEMY, Devanciers ; «Les problèmes textuels de 2 Sam 11, 2 -
      1 Rois 2, 11 reconsidérés à la lumière de certaines critiques
      des "Devanciers d'Aquila" » 1972, Études, p. 218-254 ; «Prise de
      position», Études, p. 255-288 (notamment p. 267-270).
      - W. R. BODINE, The Greek Text of Judges. Recensional Developments,
      Chico, Californie, 1980. p. 155.
      - B. LIFSHITZ, «The Greek Documents from the Cave of Horror», Israel
      Exploratory Journal 12, 1962, p. 201-207.
      - K. G. O'CONNELL, The Theodotionic Revision of the Book of Exodus,
      HSM 3, Cambridge, Massachusetts, 1972, p. 147.
      - S. JELLICOE, «Some Reflections on the kaige Recension», VT 23,
      1973, p. 15-24.
      - E. TOV, «Transliterations of Hebrew Words in the Greek Versions of
      the Old Testament. A further Characteristic of the kaige-Th
      Revision ? », Textus 8, 1973, p. 78-92.

      Regards

      André
    • David Hockley
      Merci beaucoup de votre aide concernant la revision kaige. Vous inquiétez pas, le français c est pas exactement ma langue natale mais je le parle depuis que
      Message 2 of 2 , Dec 26, 2000
      • 0 Attachment
        Merci beaucoup de votre aide concernant la
        revision kaige.

        Vous inquiétez pas, le français c'est pas exactement
        ma langue natale mais je le parle depuis que j'ai
        quatre ans. J'ai également le livre, mais je n'avais
        pas encore lu le passage que vous mentionnez. Merci beaucoup !
        (Saviez vous que le livre est disponible sur internet
        via tradere.org ?)

        Cordialement,

        David

        **************************************
        David Hockley @ Monte Cristo
        The Management Games Company
        42 rue des Jeuneurs, 75010 Paris
        tel: +33 1 40 39 11 11
        fax: +33 1 40 39 10 00
        hockley@...
        http://www.montecristogames.com/
        *****************************************
      Your message has been successfully submitted and would be delivered to recipients shortly.