Loading ...
Sorry, an error occurred while loading the content.

Re : [code-switching] determination of codeswitched and borrowed items

Expand Messages
  • sebastien kitengye
    Nous nous excusons d entrer tardivement dans ce débat amorcé autre fois dans ce groupe. Pour notre par, nous voulons simplifier la question en nous situant
    Message 1 of 1 , Mar 18 3:58 AM
    • 0 Attachment
      Nous nous excusons d'entrer tardivement dans ce débat amorcé autre fois dans ce groupe. Pour notre par, nous voulons simplifier la question en nous situant dans la perspective de la Théorie Sens-Texte dans son objectif ultime à savoir l'implémentation conduisant à la traduction automatique du code alterné vers la langue matrice (Myers-Scotton) (ou suivant Poplack, la langue emprunteuse dans la mesure où les mots isolés sont parfois considérés par elle comme emprunts spontanés
      Nous disons que lors du processus de traduction les règles conduisant à l'implémentation ne doivent pas conduire à la traduction des emprunts. Ceux-ci en effet fonctionnent en temps qu'éléments de la langue dite emprunteuse. Or les segments isolés de la langue source qui ne sont pas traduits sont une source du blocage du message chez le monolingue. Aussi dois-je les considérer comme éléments étrangers appartenant à un autre code et les traiter en tant que code-switching. Si ces éléments peuvent ne pas être traduits et le message passe chez le monolingue précité, c'est qu'ils sont d'usage fréquent dans la langue emprunteuse. Il appartient de ce fait à celle-ci. Ils sont donc des emprunts.
      C'est dans ce cadre d'une recherche utilitaire que la distinction emprunt-code-switching intéresse.
      Sébastien KITENGYE
      Université de kinshasa./RDC




      ________________________________
      De : mostari hind <hmostari@...>
      À : code-switching@yahoogroups.com
      Envoyé le : Vendredi, 13 Mars 2009, 20h44mn 05s
      Objet : Re: [code-switching] determination of codeswitched and borrowed items



      hi salman  ,
      But what of the huge bulk of those items which do not undergo morphological modification – most of which are treated as instances of borrowing, rather than codeswitching, in bilingual literature?

      The answer is the freqeuncy criterion : if the item is repeatedly used by the recipient speech community , so generally , it is a loan word .
      if it is aoccaionally  used ; here it is considered as CS
      I focus -word- not expression or long streches of words , which are considered as cases of
      inter or intra sentential CS .
       
      - for your second question : syntactic intergration means that the word order changes
      for example if the word belongs to Fr where the order is : SVO
      and is adapted syntactically to another language where the order let's  say OVS ( for instance ) here , there is a synatctic intergration , but the word need not to be ' morphologicaly and synatctically and phonologically adapted , to call it loan word ,  if it is only phonologically and/or morphologically and/or syntactically intergrated , so, it is a loan word .
      But here again, there are # approaches and criteria for these terminologies , so you have to adopt one , to be precise .
       
      best regards
      hope it helps
      Mostari
      ALGERIA

      --- On Sat, 2/28/09, salman riaz <salman.riaz@ yahoo..com> wrote:

      [Non-text portions of this message have been removed]







      [Non-text portions of this message have been removed]
    Your message has been successfully submitted and would be delivered to recipients shortly.