Loading ...
Sorry, an error occurred while loading the content.

Fw: [mdbidf] Litige voies sur berges

Expand Messages
  • Simon Baddeley
    Litige voies sur berges I wrote this as a digression the other evening: Pierre-Yves Ligen died this May. It was while he was Paris s director of city planning
    Message 1 of 1 , Aug 8, 2001
    • 0 Attachment
      Litige voies sur berges
      I wrote this as a digression the other evening:



      Pierre-Yves Ligen died this May. It was while he was Paris's director of city planning between 1978-1984 that there occurred what one of his obituarists called "a Damascene conversion" from "megalomaniac projects for city motorways and skyscrapers" of which President Pompidou's creation of the right bank motorway that cut off the Seine to pedestrians was a typical example, to progressive thinking about urban fabric which encouraged modernity on a human scale, factoring pedestrians into cityscapes ahead of those relying on the internal combustion engine.



      I and my family cycled in Paris last September on an official day of "car restraint" and especially enjoyed cycling and walking during the "Journée du piéton et du cycliste, dimanche de 9 heures à 15 heures" on the Voie Georges Pompidou as well as on a Champs Elysées, still open to cars, which Ligens at the request in the 1990s of Jacques Chirac, worried at its car-blighted seediness, had once again made more pedestrian-friendly. Ligens' conversion was 30 years ago, but the political risks for pedestrian friendly policies though they may be taken more readily are still high. A cartoon in "le Parisien" (21 Sept 2000) has M'sieur Ordinary Voter wagging a finger at two politicians "Demain journée sans voiture" (pause) "Dimanche, journée sans electeurs!"



      This year the new Mayor of Paris, Bertrand Delanoe, has ordered the infamous Voie Georges Pompidou closed to traffic (or what general opinion refers to as "traffic" on the basis that walkers and cyclists aren't) not just on Sunday but between 6 a.m. and 11 p.m. for a whole month from July 15. Immediate result: the police estimate that 100K motorists, deprived of access to the Seine motorway, have been trapped in grid lock from St.Germain to the périphérique, pollution is up, radio phone-ins are jammed with fuming drivers and "the great Paris traffic snarl-up" is headlined daily. "It is a brave politician indeed who comes between a Frenchman and his automobile." (The Guardian, 28 July 2001).



      Then I saw this:



      ----- Original Message -----
      From: Erick.Marchandise
      To: mdbidf@yahoogroups.com
      Sent: Wednesday, August 08, 2001 1:52 PM
      Subject: [mdbidf] Litige voies sur berges


      J'ai piqué ça sur fr.misc.transport.urbain déposé par Carlos Klimann.


      Litige autour des voies sur berge à Paris
      mercredi 08 août - 14h08

      PARIS (AFP) - Le juge des référés du Tribunal de grande instance de Paris se prononcera jeudi à 14H00
      sur la demande de Me Michel Fleury, un avocat qui conteste la légalité de la décision de réserver la voie sur berge de Paris aux piétons durant un mois.

      Me Fleury estime qu'il s'agit d'une "voie de fait" car cette mesure prise au nom d'un pouvoir de police par le préfet de police et le maire de Paris ont eu pour objet de "créer le désordre", dit-il, afin de dégoûter les automobilistes d'utiliser leur voiture.

      Le substitut Pierre Dillange a indiqué qu'il n'avait "jamais entendu développer une conception aussi fantaisiste de la voie de fait", et il a parlé de "plaisanterie", demandant au juge, Jean-Pierre Marcus, de se déclarer incompétent. Il soutient, comme les avocats du préfet de
      police Jean-Paul Proust et du maire PS Bertrand Delanoë, que seul le juge administratif est compétent pour juger de la légalité ou de l'opportunité d'un arrêté préfectoral ou municipal.

      La voie Georges Pompidou a été réservée aux piétons et cyclistes du 15 juillet au 15 août, par un arrêté préfectoral du 13 juillet dernier fondé sur une délibération municipale.

      Me Fleury qui plaide aussi pour la Fédération française des automobile Clubs de France, a expliqué au juge que selon les déclarations d'Yves Contassot, adjoint Vert du maire Bertrand Delanoë, reprises dans un magazine et non contestées par l'intéressé, le but était de provoquer des bouchons pour dégoûter les automobilistes de prendre leur voiture. M. Contassot aurait déclaré qu'il fallait "faire vivre l'enfer" aux automobilistes. Me Fleury en déduit que le maire, avec le préfet de police, ont détourné le pouvoir de police qu'ils détiennent pour maintenir l'ordre dans la capitale.

      Me Alexandre Martin-Comnène, avocat du préfet, et Stéphane Desforges, avocat du maire, ont expliqué que Me Fleury, auquel ils reprochent de plaider pour lui-même contrairement aux règles déontologiques, réclamait 10 MF (1,524 M d'EUR).

      Ils lui ont reproché d'invoquer la liberté fondamentale d'aller et de venir, qui permet à chacun d'aller où bon lui semble, a dit Me Martin-Comnène, mais qui ne permet pas d'exiger, par commodité,
      de pouvoir prendre en voiture une rue en sens interdit, a ajouté Me Desforges.

      Me Desforges a estimé que Me Fleury avait "délibérément saisi un juge incompétent pour enfler une campagne de presse" et il a souhaité, comme Me Martin-Comnène et comme le substitut Dillange, que le juge condamne Me Fleury pour "procédure
      To Post a message, send it to: mdbidf@...
      To Unsubscribe, send a blank message to: mdbidf-unsubscribe@...

      L'utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l'acceptation des Conditions d'utilisation et de la Charte sur la vie privée.



      [Non-text portions of this message have been removed]
    Your message has been successfully submitted and would be delivered to recipients shortly.