Loading ...
Sorry, an error occurred while loading the content.
 

bilingual message from the Iraqi resistance

Expand Messages
  • thekoba@aztecfreenet.org
    Dr. Ibrahim Alloush, editor of the Free Arab Voice, received this e-mail, which he believes to originate from the Iraqi resistance. Of course in cases like
    Message 1 of 1 , Sep 19, 2003
      Dr. Ibrahim Alloush, editor of the Free Arab Voice, received this e-mail,
      which he believes to originate from the Iraqi resistance. Of course in
      cases like this, it's virtually impossible to be certain. It is a strange
      document in that portions are in French, and portions in English, but there
      is more French than English, and it is quite clear that there is a
      different content in the French text. I have not had an opportunity to
      translate the French portions, but for the benefit of those who can read
      French and those who are interested in the English portions now, I am
      sending this document in its original form.

      --Kevin Walsh

      ================= Begin forwarded message =================

      --- In arab_nationalist@yahoogroups.com, Ibrahim Alloush
      <alloush100@y...> wrote:
      AL BA'ATH AL IRAQI
      RESURRECTION IRAQUIENNE
      IRAQI RESURRECTION

      ==================================
      Newsletter of the � Iraq Committee � in support of the Iraqi
      Resistance
      -
      Lettre d'information des "Comit�s Irak de Base" en soutien de la
      R�sistance
      irakienne
      http://comitesirak.free.fr/
      ==================================
      N� 17 (18 septembre 2003) - Issue 17 (september 17, 2003)
      ==================================
      Webmaster : Luc MICHEL - lucmichelbxl@y...
      ==================================

      In this issue 17 / Dans ce num�ro 17 :

      - Communiqu� de presse des � COMITES IRAK DE BASE � (15 septembre
      2003)
      :
      LE PRESIDENT SADDAM HUSSEIN N'A JAMAIS � GAZE DES KURDES � A HALABJA !

      - MESSAGE OF PRESIDENT SADDAM HUSSEIN TO THE IRAQI PEOPLE : "WE ARE
      ONE
      PEOPLE, BORN AS ONE AND WE FIGHT AS ONE" (17 September, 2003)

      - MESSAGE DU PRESIDENT SADDAM HUSSEIN AU PEUPLE IRAKIEN : � NOUS
      SOMMES
      UN
      SEUL PEUPLE, NE COMME UN SEUL PEUPLE ET NOUS COMBATTRONS COMME UN SEUL
      PEUPLE � (17 septembre 2003)

      ===================================

      1)
      Communiqu� de presse des � COMITES IRAK DE BASE � - 15 septembre 2003

      LE PRESIDENT SADDAM HUSSEIN N'A JAMAIS � GAZE DES KURDES � A HALABJA !

      Powell, en visite en Irak, a �voqu� l'attaque chimique de Halabja, �
      l'
      occasion de l'inauguration d'un � M�morial � par les forces
      d'occupation
      yankee et leurs Kollabos kurdes. Et � nouveau les grandes orgues de la
      propagande yankee se d�cha�nent.

      Jamais autant que dans ce cas exemplaire les mediamensonges de la
      presse
      occidentale n'ont �t� aussi �vidents.

      Car � Halabja, crime de guerre honteusement exploit� par les
      imp�rialistes
      occidentaux et leurs mercenaires f�odaux kurdes, c'est l'Arm�e
      iranienne qui
      a gaz� le village kurde ! Et dans le cadre d'une op�ration militaire,
      Halabja se trouvant alors sur la ligne de Front ! Il ne s'agit donc
      pas
      de
      � repr�sailles contre des populations civiles �. Et tout le monde le
      sait.

      LE MYTHE DU SOUTIEN OCCIDENTAL ET AMERICAIN
      A SADDAM HUSSEIN LORS DE LA GUERRE CONTRE L'IRAN

      Le massacre de Halabja � l'arme chimique remonte � mars 1988, soit �
      la
      fin
      de la guerre Iran-Irak, � une �poque o� les Am�ricains, avec � leur
      t�te le
      pr�sident r�publicain Ronald Reagan, �taient engag�s en plein �
      Irangate �.
      C'est-�-dire qu'ils aidaient et armaient, en compagnie de leurs
      complices
      isra�liens, les fondamentalistes chiites iraniens.

      A ce sujet, il faut aussi d�noncer un autre mediamensonge, selon
      lequel
      ce
      seraient les Etats- Unis qui auraient arm� l'Irak. En fait, le �
      STOCKHOLM
      INTERNATIONAL PEACE RESEARCH INSTITUTE � a montr� qu'entre 1973 et
      2002
      l'Union sovi�tique puis la Russie ont fourni 57% des armes import�es
      par
      Bagdad, la France 13% et la Chine 12%, contre 1% pour les Etats-Unis
      et
      moins encore pour la Grande-Bretagne !!!

      Saddam a toujours �t� anti-am�ricain, favorisant apr�s la R�volution
      du
      17
      juillet 1968 le rapprochement avec l'URSS et la France gaulliste - la
      politique du Ba'ath irakien �tant alors vue comme un � Gaullisme arabe
      �. L'
      Irak ba'athiste sera ainsi le premier �tat arabe � reconna�tre la DDR.

      Le � soutien des USA � l'Irak dans la guerre contre l'Iran islamiste �
      est
      un mythe, du autant � la propagande occidentale qu'� l'inculture
      historique
      de nombreux journalistes. Kissinger affirmera, avec son cynisme
      habituel, qu
      'il fallait � laisser les deux adversaires s'entretuer �.

      LA VERITE SUR HALABJA EST BIEN CONNUE :
      IL S'AGIT D'UN CRIME DE GUERRE IRANIEN !

      La v�rit� sur Halabja est en effet bien connue depuis le d�but des
      Ann�es
      80. Et la presse aux ordres du Pentagone ment sciemment.

      Voici ce qu'�crit � ce sujet le � RESEAU VOLTAIRE � : � Le 16 mars
      1988, en
      pleine guerre Iran-Irak, 5 000 Kurdes du village d'Halabja, situ� dans
      le
      Kurdistan irakien, sont tu�s par des gaz. Mais les seules informations
      dont
      nous sommes s�rs est qu'une bataille entre l'Iran et l'Irak a eu lieu
      dans
      la zone d'Halabja, que les deux camps ont utilis� des gaz de combat
      interdits et que des civils kurdes, pris entre deux feux, ont �t� tu�s
      par
      ces gaz. En mars 1988, le massacre d'Halabja n'avait pas soulev� de
      protestation de la communaut� internationale. A l'�poque, il �tait
      admis que
      les civils avaient �t� tu�s � collat�ralement � � la suite d'une
      erreur
      de
      maniement des gaz de combat. Deux ans plus tard, lorsque la guerre
      Irak-Iran
      prit fin et que les Occidentaux cess�rent de soutenir Saddam Hussein,
      le
      massacre d'Halabja fut attribu� aux Irakiens �.

      Un rapport classifi� de l' � ARMY WAR COLLEGE � (USA) d�montra, en
      1990, que
      cette imputation �tait peu cr�dible. Le � WASHINGTON POST � du 4 mai
      1990 le
      r�suma en ces termes : � L'affirmation iranienne du 20 mars [1990]
      selon
      laquelle la plupart des victimes d'Halabja ont �t� empoisonn�es par du
      cyanide a �t� consid�r�e comme un �l�ment cl� [...]. Nous savons que
      l'Irak
      n'utilise pas de gaz cyanide. Nous avons une tr�s bonne connaissance
      des
      agents chimiques que les Irakiens produisent et utilisent, et nous
      savons ce
      que chacun ne fait pas. �

      R�cemment, Stephen C. Pelletiere, analyste politique pour l'Irak � la
      CIA
      pendant la guerre Iran-Irak, puis professeur � l'A � Army War
      College �
      qui
      participa � la r�daction du rapport, en confirma les conclusions. Il
      rappela
      dans le � NEW YORK TIMES � que � le massacre d'Halabja �tait un crime
      de
      guerre, commis par l'arm�e iranienne, et non un crime contre
      l'humanit�
      commis par l'arm�e irakienne. Et, qu'en aucun cas, il ne s'est agit de
      l'assassinat d�lib�r� de populations civiles �.

      L'ARMEE IRAKIENNE N'A JAMAIS UTILISE DE GAZ
      PENDANT LA BATAILLE DE HALABJA

      Dans son livre � IRAK, LA GUERRE PERMANENTE - ENTRETIENS AVEC TAREK
      AZIZ �
      (1), le journaliste Patrick DENAUD pose la question suivante au
      vice-pr�sident irakien : � Avez-vous utilis� des gaz mortels contre
      les
      villages kurdes, notamment � Halabja, en mars 1988 ? �

      � Tout d'abord, r�pond Tarek Aziz, le gaz n'a pas �t� utilis� contre
      des
      civils. Dans les documents film�s � Halabja, le nombre des cadavres
      civils
      ne d�passe pas les doigts de la main. Tout cela pour la bonne et
      simple
      raison que le village �tait sur le front contre les Iraniens, et que
      les
      civils l'avaient �vacu�. Le village �tait vid� de ses habitants,
      depuis
      longtemps. Les Iraniens l'ont occup�, avec l'aide de Jalal Talabani
      [chef de
      l'Union patriotique du Kurdistan]. Halabja a �t� bombard� par des
      bombes
      classiques, en tant que site militaire, pas en tant que village. Ceux
      tu�s
      par les Irakiens ont p�ri dans des bombardements classiques, non par
      le
      gaz �.

      MENSONGES YANKEE ET HYPOCRISIE KURDE

      Le choix de Powell de se rendre � Halabja n'a rien d'innocent, les
      Etats-Unis ayant souvent cit� ce massacre comme une � preuve � que
      l'Irak
      s'�tait dot�e d'armes de destruction massive. La question de ces armes
      a �t�
      mise en avant pour justifier l'invasion de l'Irak fin mars mais,
      depuis
      lors, aucune arme biologique, nucl�aire ou chimique, pas plus que la
      preuve
      d'un programme de fabrication, n'a �t� trouv�e.

      Pr�sent � la c�r�monie au m�morial, Djalal Talabani, surnomm� � le roi
      des
      mercenaires �, chef de l' � Union patriotique du Kurdistan � (UPK),
      dont les
      troupes sont entra�n�es par Isra�l, a eu des mots �logieux pour la
      politique
      actuelle des Am�ricains: "Je suis fier qu'apr�s tant d'ann�es de
      solitude
      dans notre combat, nous ayons en vous des amis", a-t-il dit � Powell.

      Talabani a pourtant une part de responsabilit� importante dans le
      crime
      de
      guerre iranien de Halabja, puisque ses troupes de l'UPK combattaient
      aux
      c�t�s des � Gardiens de la R�volution � islamistes, qui ont utilis�
      l'Arme
      chimique dans la bataille pour le contr�le de la ville.

      Talabani et Massoud Barzani, chef du � Parti d�mocratique kurde �
      (PDK), qui
      se sont entretu�s pendant trois d�cennies, au service de tous les
      imp�rialismes �trangers rivaux, font partie des cinq repr�sentants
      kurdes du
      Conseil de gouvernement irakien, le gouvernement fantoche
      pro-am�ricain, les
      Quislings de Bagdad, qui compte 25 membres, mis en place en juillet
      par
      le
      Gauleiter yankee Bremer.

      Pour situer Barzani, rappelons qu'en ao�t 1996 il avait fait appel �
      Saddam
      Hussein - le Nord de l'Irak �tant d�tach� de l'autorit� de Bagdad
      depuis
      1991 et plac� par Washington en � zone d'exclusion � - � pour r�tablir
      l'
      ordre � Erbil et emp�cher Talabani, soutenu par Washington . et
      l'Iran,
      de
      contr�ler tout le Nord de l'Irak � (2) !

      � C'�tait en 1996. Les troupes de Saddam avaient pr�t� main-forte au
      dirigeant kurde pour chasser la faction rivale, celle de Jalal
      Talabani, et
      les 200 � 300 militants de Chalabi (Ndla : le Quiling irakien, favori
      de la
      CIA et du lobby sioniste) terr�s dans les montagnes. Qu'il �tait seul,
      � ce
      moment-l�, le favori de Washington, malgr� une manne d'au moins 60
      millions
      de dollars ! La presse am�ricaine avait m�me parl� de � plus grand
      fiasco de
      la CIA depuis la Seconde Guerre mondiale �. �

      LE REVISIONNISME DES NEO-CONSERVATEURS

      Halabja est un bon exemple du r�visionnisme historique pratiqu� �
      Washington. Le r�gime Bush est particuli�rement en porte-�-faux sur ce
      sujet.

      Dans le cadre d'une visite tapageuse � Auschwitz, Bush, avec un culot
      monstre - les n�o-conservateurs en ont tous - d�non�a comme �
      r�visionnistes � ceux qui refusaient la version imp�rialiste
      am�ricaine
      de l
      'histoire. La visite de George Bush a en effet fourni une occasion au
      pr�sident des �tats-Unis � d'instrumentaliser l'Histoire et de
      justifier son
      action � coup de simplifications et d'amalgames � (3).

      � Cela nous rappelle �galement de mani�re forte que le monde civilis�
      ne
      doit jamais oublier ce qu'il s'est pass� � cet endroit �, a d�clar�
      sans
      honte le pr�sident am�ricain, qui a d�pos� une gerbe au pied du
      monument
      c�l�brant la m�moire des prisonniers politiques polonais victimes des
      nazis.
      A des journalistes qui l'interrogeaient, peu avant son d�part de
      Washington,
      il avait cit� l'Holocauste comme � l'une des plus grandes le�ons du
      pass� �
      � sur la pr�sence du mal dans le monde �. � Nous devons affronter le
      mal
      quand nous le d�busquons �, a encore d�clar� le pr�sident am�ricain, �
      la
      t�l�vision polonaise. S'adressant sur place � la presse, George W.
      Bush
      a
      �voqu� � les millions � de personnes qui furent assassin�es �
      Auschwitz
      II.
      Puis, pronon�ant un discours � Cracovie, il s'est f�licit� de la
      victoire de
      son pays sur le nazisme et sur � l'imp�rialisme communiste �. Il a
      �tabli un
      parall�le entre l'invasion de la Pologne par le III�me Reich et les
      attentats du 11 septembre aux �tats-Unis, et un autre parall�le entre
      les
      nazis d'une part et les Taliban et le r�gime de Saddam Hussein d'autre
      part � (4).

      Curieusement, les propos de George W. Bush n'ont pas soulev� de
      pol�mique.
      � Tout se passe comme s'il importait peu qu'il r�duise la � solution
      finale � au seul complexe d'Auschwitz, qu'il oublie que le camp a �t�
      lib�r�
      par les Sovi�tiques, et qu'il efface toute distinction entre la �
      solution
      finale � et les crimes de dictatures �, �crit encore le � RESEAU
      VOLTAIRE �
      (5).

      LA FORTUNE DES BUSH PROVIENT DE
      L'EXPLOITATION DES CAMPS NAZIS

      Le f�hrer yankee avait perdu l� une bonne occasion de se taire, comme
      le
      rappelait le � RESEAU VOLTAIRE � (6) :

      � George et Laura Bush se sont recueillis, le 31 mai 2003, � Auschwitz
      II-Birkenau. Le camp, construit en 1940, est devenu, en 1942, le
      principal
      centre d'extermination du III�me Reich. Entre 1 100 000 et 1 500 000
      personnes y furent assassin�es. Des d�tenus furent aussi exploit�s
      comme
      main d'ouvre gratuite par les compagnies li�es au r�gime nazi. C'est
      ainsi
      que prosp�ra � Oswiecim une usine appartenant � Prescott Bush, le
      grand-p�re
      de l'actuel pr�sident des Etats-Unis. Ce dernier a accept� sans �tats
      d'�me
      d'h�riter du sinistre patrimoine (.) George W. Bush est le troisi�me
      pr�sident �tats-unien � visiter un camp d'extermination nazi. G�rald
      Ford
      s'�tait lui aussi rendu � Auschwitz, en 1975, et Ronald Reagan �
      Bergen-Belsen, en 1985. A cette occasion, le pr�sident Reagan visita
      �galement le cimeti�re de Bitburg o� il se recueillit sur les tombes
      de
      quarante-huit Waffen SS, suscitant une pol�mique internationale sur sa
      volont� d'honorer pareillement les victimes et les bourreaux. George
      Bush
      p�re se rendit aussi � Auschwitz, mais alors qu'il n'�tait que le
      vice-pr�sident de Ronald Reagan �.

      L'INDECENT SILENCE COMPLICE DES SIONISTES

      Ce r�visionnisme, que ne condamnent aucune de ces � grandes
      consciences

      qui nous donnent des le�ons et qui, � l'instar des Glucksman,
      Bernard-Henry
      Levy, Adler et autres Klarsfeld, sont si prompt � assimiler
      abusivement
      Saddam Hussein, le � De Gaulle arabe � (7), � Hitler, est pourtant
      particuli�rement ind�cent dans la bouche du Bush.

      En effet, � Prescott Bush, ami personnel de nombreux dirigeants du
      III�me
      Reich, multiplia les joint-ventures avec les autorit�s nazies durant
      la
      p�riode 1933-1941. Il continua � � faire des affaires � avec le r�gime
      nazi
      pendant la Seconde Guerre mondiale � (8).

      Georges W. Bush n'est aucunement responsable des crimes de son
      grand-p�re,
      nous direz-vous. � Cependant, les profits r�alis�s par la Consolidated
      Silesian Steel Company furent g�r�s par le financier d'Hitler, Fritz
      Thyssen, jusqu'� sa mort, en Argentine, en 1951. Un million et demi de
      dollars furent alors r�cup�r�s par Prescott Bush, via l'Union Banking
      Corporation, et plac�s dans une soci�t� anonyme cr��e pour l'occasion,
      l'Overby Development Company. � la mort de Prescott, cet argent revint

      George Bush p�re qui en confia la gestion � un homme de confiance,
      William
      Farish III (actuel ambassadeur des Etats-Unis � Londres), lui-m�me
      petit-fils du financier �tats-unien de la soci�t� IG Farben qui
      fabriqua le
      gaz mortel utilis� dans les chambres d'Auschwitz. En 1980, George Bush
      p�re,
      ayant �t� �lu � la vice-pr�sidence des �tats-Unis, organisa sa propre
      succession de son vivant en donnant sa fortune � un trust appartenant

      ses
      enfants. George W. Bush accepta alors l'argent du crime � (9).

      L'attitude des associations juives dans cette affaire est par ailleurs
      ind�fendable : � aucune association de survivants n'a d�nonc�
      l'ind�cence de
      M. Bush venant se recueillir � Auschwitz alors qu'une partie de
      l'h�ritage
      qu'il a re�u de son grand-p�re, Prescott Bush, provient pr�cis�ment de
      l'exploitation d'une usine install�e � Oswiecim et fonctionnant en
      r�duisant
      en esclavage les prisonniers du camp d'Auschwitz (.) aujourd'hui, o�
      l'administration Bush est la principale alli�e du gouvernement Sharon,
      des
      associations d�fendant la m�moire des victimes du III�me Reich ont
      d�cid� de
      fermer les yeux et de se taire � (10).

      Ainsi l'UPJF (� Union des Progressistes Juifs de France �) n'h�site
      pas
      sur
      son site � propager la rh�torique hypocrite de Bush, d�clarant devant
      les
      vestiges des chambres � gaz, � qu'Auschwitz et Birkenau devaient
      permettre
      de se souvenir de la puissance du mal et de la n�cessit� de r�sister
      face au
      mal � (11). La complicit� devant un tel mensonge est inacceptable !

      Seule la v�rit� est r�volutionnaire, affirmait L�nine.

      De Halabja � Auschwitz, les mensonges des n�o-conservateurs yankee,
      dont
      beaucoup proviennent d'une d�rive obsc�ne du Trotskisme, nous
      rappellent la
      justesse de notre combat pour la Cause des Peuples.

      Et disqualifient d�finitivement les pesants donneurs de le�ons qui
      confondent prostitution et journalisme.

      Vive la R�sistance ba'athiste irakienne !
      Vive l'Irak libre !
      Pour la Cause des Peuples, en Irak, comme en Europe : Yankee Go Home !

      La Coordination transnationale des � Comit�s Irak �

      2)
      MESSAGE OF PRESIDENT SADDAM HUSSEIN
      TO THE IRAQI PEOPLE :
      "WE ARE ONE PEOPLE, BORN AS ONE AND
      WE FIGHT AS ONE."

      17 September, 2003

      An audiotape from Iraqi leader Saddam Hussein Urges Resistance and has
      called on men and women in the country to step up the fight against
      its
      American occupiers. The message, broadcast by Arabic television
      channel
      al-Arabiya, demands that the United States unconditionally withdraws
      its
      troops from Iraq. Speaking to Iraqis, President Saddam Hussein said he
      was
      bringing "pleasant news": "The losses have begun to eat away at the
      enemy
      like wildfire...you must increase your grip and armed struggle." He
      called
      on Iraqis to unite against the U.S.-led occupation, saying "We are one
      people, born as one and we fight as one."
      The voice urges Iraqis to "wage holy war by all means against the
      foolish
      invaders". The speaker ends the latest tape by giving the date
      "mid-September".
      Saddam urged US forces to withdraw "without any conditions" or face
      "catastrophic losses"."Your withdrawal from our country is inevitable,
      whether it happens today or tomorrow, and tomorrow will come soon."
      It also calls on Iraqis to "tighten the noose around the Americans and
      increase your attacks against them. You must conduct jihad [holy war]
      by all
      means possible, financial and otherwise."
      Saddam castigates the United Nations for being led by the "unjust"
      United
      States. "Know that Iraq and its leaders will refuse any solution that
      is
      made while the country is under the shadow of occupation. We will
      consider
      it to be a ruse".
      Saddam also called on Iraqis to take to the streets in demonstrations
      against the occupation, to "beat the walls in protest" and to donate
      money
      to the resistance.
      He said the U.N. Security Council should continue shunning American
      attempts
      to win international approval for its actions in Iraq. "To the
      Security
      Council, I say that the full truth has been unveiled to you as (it has
      been)
      to international public opinion concerning the American
      administration's
      attempts to fake facts and hide the figures of its losses. We hope
      that
      none
      of the Security members will fall into the dark traps of America's
      policy."
      Saddam also rapped the United Nations for being led by the "unjust"
      United
      States. "Know that Iraq and its leaders will refuse any solution that
      is
      made while the country is under the shadow of occupation. We will
      consider
      it to be a ruse," it added.

      U.S. forces in Iraq have been plagued by guerrilla attacks from Ba'ath
      and
      Saddam followers since late April, hampering efforts to rebuild the
      country.
      In an interview published on this september 17, the commander of the
      U.S.-led coalition in Iraq, Lt. Gen. Ricardo Sanchez, told The Times
      newspaper in London that "American soldiers now also face revenge
      attacks
      from ordinary Iraqis angered by the occupation". The National
      resistance is
      on march in Iraq !

      Excerpts from the new audio tape of Iraqi leader Saddam Hussein,
      broadcast on Al-Arabiya TV :

      "In a previous statement, I brought you the good news about the
      imminent
      beginning of the fall of the enemy ranks. Now I bring you the good
      news
      through which the Almighty God has brought happiness into the hearts
      of
      mujahideen and every zealous man and glorious woman.
      I say that erosion has begun to eat up the enemy ranks, just as fire
      spreads
      in hay. The day when they [enemies] will not be able to even rescue
      their
      military equipment is near, God willing. In fact, it is approaching
      quickly.

      O Mujahideen, Iraqis, and glorious women, you must tighten the grip
      around
      and increase your attacks against yur enemies to make them lose their
      balance. This can be achieved by shouting slogans, staging
      demonstrations,
      writing on walls, calling for attaining your rights - including the
      very
      smaoll ones - and carrying out jihad by donating money.
      The crown of all this is armed jihad and the painful strikes that make
      the
      heads that are empty of wisdom and faith wake up and resign to God's
      ordains
      regarding the plain right. The base of all this after Almighty God has
      ordained all that make you proud is to safeguard the people's unity
      and
      solidarity, and not to listen to the voice of Zionism and occupation,
      which
      is fomenting sedition... "

      The 'lies' of President Bush :

      "To the US president, I say in the name of the great people of Iraq,
      that
      you lied to yourself, to your people, and to all others. You did this
      along
      with those who got involved with you. Or there might be some who lied
      to
      you, but you believed those lies after you were tempted to do some
      action.
      You even changed your slogans and the reasons you used several times
      as
      a
      pretext for your hostile military campaign against our country.
      Just as Zionism implicated you and US foreign policy in antagonising
      the
      Islamic and Arab nations and in belittling the world, it implicated
      you
      in
      antagonising Iraq and launching an aggression against it.
      In order not to speak at great length, we say that the scandal of
      those
      who
      made lies and your implication in the dilemma of aggression against
      mujahideen great Iraq and the size of losses inflicted on your army,
      whose
      powerlessness has become evident because it has no honourable cause in
      face
      of the people of civilizations, principles, and position in defence of
      any
      honour and honourable thing, make your declaration of defeat in an
      official
      and open way and your withdrawal from our country something
      inevitable,
      if
      not today it will be tomorrow, and tomorrow is so close, God
      willing...
      "

      US should discuss 'withdrawal arrangements' :

      "Therefore, we ask you to withdraw your armies as soon as possible,
      and
      unconditionally, because there is no reason for further losses, which
      will
      be catastrophic to the United States, if your officials - including
      you
      -
      show intransigence and continue with their aggression and hostility.
      If you want to discuss the withdrawal arrangements, after you decide
      to
      make
      an unconditional withdrawal, which should not be a cover for a ploy,
      then
      you have some of the officials in the [Iraqi] leadership arrested by
      your
      army as prisoners of war in Iraq. They are well known on the
      international
      level, as much as they are known among their people and the
      Mujahideen.
      Based on this, you can contact them and hold a suitable dialogue on
      this, in
      a manner that can guarantee the security of your soldiers during the
      withdrawal, according to any agreements reached by the two parties.

      Warns Security Council members :

      As for the Security Council, I say: Facts have been completely
      revealed
      to
      you as they have been revealed to the international public opinion
      despite
      the US Administration's attempts to twist facts and hide those that
      expose
      it.

      Therefore, we hope that no one of the Security Council members will
      slide
      into the pitfalls of the dark US policies. You should also know that
      the
      people of Iraq and its leadership will reject any solution that is
      proposed
      in light of the occupation. Moreover, we will consider any solution in
      light
      of the occupation as a mere exposed ploy that aims to apply the basic
      objective of the occupation and occupiers.
      Therefore, if anyone wants stability and security to prevail in the
      region,
      he should not ignore the solid facts in the region, among which is
      that
      people in this region do not accept injustice and humiliation and
      reject any
      occupation...
      We hope that Europe will develop its relatively balanced position so
      that
      this position would become legitimate and clear enough. Everybody
      should
      look forward to the future.

      Long live our glorious nation. Let us heed the call to jihad.
      Long live the great Iraq. Long live Iraq. Long live Palestine, free
      and
      Arab. Shame and disgrace on the invading occupiers and their Zionist
      masters.

      [Dated] Mid-September 2003, corresponding to mid-Rajab 1424 hegira.

      3)
      MESSAGE DU PRESIDENT SADDAM HUSSEIN
      AU PEUPLE IRAKIEN :
      � NOUS SOMMES UN SEUL PEUPLE, NE COMME
      UN SEUL PEUPLE ET NOUS COMBATTRONS COMME
      UN SEUL PEUPLE �

      17 septembre 2003

      La voix de Saddam Hussein se fait � nouveau entendre et somme les
      Etats-Unis
      et les Britanniques de quitter l'Irak dans les plus brefs d�lais : "La
      fatigue ronge les rangs de l'ennemi", affirme le dirigeant irakien
      dans
      un
      message diffus� par la cha�ne Al-Arabiya.
      La cha�ne de t�l�vision arabe Al-Arabiya a en effet diffus� ce 17
      septembre
      un enregistrement audio de Saddam Hussein, dans lequel celui-ci
      appelle
      � la
      r�sistance contre les troupes d'occupation. Il appelle les Irakiens et
      les
      Irakiennes � intensifier la lutte contre les Am�ricains en "menant par
      tous
      les moyens la guerre sainte contre les imprudents envahisseurs".
      "� peuple irakien, je vous annonce une bonne nouvelle", d�clare Saddam
      Hussein dans cet enregistrement audio : "La fatigue ronge les rangs de
      l'ennemi."
      "Je vous somme de retirer votre arm�e, dans les plus brefs d�lais et
      sans
      aucune condition", dit Saddam en s'adressant au pr�sident am�ricain
      George
      W. Bush. Selon lui, il est possible de n�gocier ce retrait avec les
      membres
      de l'ancienne direction irakien qui sont d�tenus par les forces de la
      coalition.
      Le pr�sident irakien appelle �galement les Irakiens � poursuivre leur
      r�sistance contre les occupants : "O combattants, vous devez resserrer
      l'�tau et augmenter vos frappes contre les ennemis, par les
      manifestations,
      les transcriptions sur les murs et la revendication de vos droits
      (...)
      et
      surtout par la lutte arm�e.
      Saddam accuse aussi le gouvernement am�ricain de "mensonge" � propos
      des
      armes de destruction massive qu'il a accus� l'Irak de d�tenir, et
      appelle le
      Conseil de s�curit� et les pays arabes � revoir leur position vis-�-
      vis
      de
      la situation en Irak.

      Extraits du message du Pr�sident Saddam Hussein :

      "Je vous somme de retirer votre arm�e, dans les plus brefs d�lais et
      sans
      aucune condition, parce que rien ne justifie davantage de pertes qui
      seront
      catastrophiques pour l'Am�rique".
      "Votre retrait de notre pays est in�luctable, si ce n'est pas
      aujourd'hui,
      ce sera demain (...). Notre objectif n'est pas de tuer davantage
      d'enfants
      du peuple am�ricain, britannique ou autre".

      "Si vous voulez donc n�gocier les modalit�s du retrait (...) vous
      pouvez
      engager le dialogue � ce sujet avec les responsables du commandement
      irakien
      qui sont d�tenus par votre arm�e, comme prisonniers de guerre".
      Les deux parties doivent "assurer la s�curit� des soldats de la
      coalition
      durant leur retrait".

      Poursuivre la r�sistance contre les occupants :

      "l'ennemi commence � s'effondrer et le jour o� il ne pourra m�me plus
      r�cup�rer ses �quipements militaires est proche".

      "Combattants, vous devez resserrer l'�tau et multiplier vos frappes
      contre
      les ennemis, par les manifestations, les transcriptions sur les murs
      et
      la
      revendication de vos droits (...) et surtout par la lutte arm�e".

      Le gouvernement am�ricain a "menti" � propos des armes
      de destruction massive qu'il a accus� l'Irak de d�tenir :

      "Je dis � Bush, au nom du peuple irakien: vous avez menti � vous-m�me,

      votre peuple et au monde entier".

      "Je dis aussi au Conseil de s�curit� : les v�rit�s ont �t� d�voil�es,
      malgr�
      les tentatives de l'administration am�ricaine de les camoufler (...)
      Nous
      esp�rons donc que le Conseil ne se laissera plus tromper par la
      politique
      am�ricaine sombre".

      Sur le gouvernement l�gitime de l'Irak :

      "Le peuple irakien et sa direction refuseront toute d�cision prise
      sous
      l'occupation. Nous consid�rerons toute solution � l'ombre de
      l'occupation
      comme une tromperie" (dans une r�f�rence implicite au Conseil fantoche
      du
      gouvernement irakien, mis en place en juillet sous la houlette des
      Etats-Unis).

      "Celui qui repr�sente vraiment le peuple irakien c'est sa direction,
      avec �
      sa t�te son pr�sident Saddam Hussein, qui avait �t� �lu lors des
      �lections
      libres et directes en 2002".

      "Celui qui feint d'ignorer cela (...) n'a qu'� �couter la voix des
      Moujahidine (combattants) r�p�ter, en pleine action (de r�sistance) :
      Par
      notre �me, par notre sang, nous nous sacrifions pour toi Saddam".

      (Traduction et mise en forme : Service de Presse du PCN-NCP)




      __________________________________
      Do you Yahoo!?
      Yahoo! SiteBuilder - Free, easy-to-use web site design software
      http://sitebuilder.yahoo.com
      --- End forwarded message ---
    Your message has been successfully submitted and would be delivered to recipients shortly.